Des chroniques réguliÚres pour partager des livres, et faire connaßtre de nouveaux auteurs

💜💜💜LES IMPOSTEURS DE John Grisham

RESUME

JC LattĂšs
27/3/19
400 Pages
Mark, Gordie, Todd et Zola, ces Ă©tudiants en droit croulent sous les emprunts nĂ©cessaires pour financer leurs Ă©tudes. Lors de l’inscription Ă  la facultĂ© de Foggy Bottom dans le district de Washington, la promesse d’une belle carriĂšre Ă  la clĂ© et la certitude de les rembourser une fois devenus avocats les ont incitĂ©s Ă  contracter ces prĂȘts. Cependant, aujourd’hui, Ă  six mois du diplĂŽme, ils doutent et se dĂ©sespĂšrent d’un avenir professionnel et financier aussi reluisant, conscients d’avoir Ă©tĂ© leurrĂ©s. En effet, l’enseignement dĂ©plorable de Foggy Bottom, aux antipodes d’une fac sĂ©lective, anĂ©antit toute chance de succĂšs Ă  l’examen du barreau d’avocat. Ainsi ce systĂšme met les Ă©tudiants dans l’impossibilitĂ© de rembourser leur crĂ©dit.
Gordie a dĂ©cortiquĂ© le stratagĂšme juridique instaurĂ© par Hinds Rackley, un financier de New-York, pour faire fortune sur le dos des Ă©tudiants de l’UniversitĂ©. Et ainsi, face Ă  cette rĂ©alitĂ© dĂ©primante, le jeune homme sujet aux troubles bipolaires, se trouve en Ă©tat de crise et se suicide devant ses amis impuissants.
Dans le marasme et dĂ©couragĂ©s, Todd et Mark, dĂ©cident d’abandonner leurs Ă©tudes pour exercer sans diplĂŽme le mĂ©tier d’avocat mais sous une fausse identitĂ©. Ils proposent Ă  Zola de collaborer Ă  leur combine. Et la jeune fille, d’origine sĂ©nĂ©galaise, saisit cette aubaine : disparaĂźtre officiellement lui Ă©vitera le risque d’ĂȘtre inquiĂ©tĂ©e par les services de l’immigration qui viennent d’arrĂȘter sa famille. Certes, sa propre situation est en rĂšgle mais elle craint nĂ©anmoins les rĂ©percussions de l’arrestation de sa famille.
Le trio liquide les derniers versements de leurs crĂ©dits et installe le siĂšge social de leur sociĂ©tĂ© fictive au Rooster Bar. D’une part, ils Ă©laborent un plan pour ne pas rembourser leurs crĂ©anciers. D’autre part, Ă  force d’observer leurs « confrĂšres », ils se familiarisent avec les rouages des tribunaux oĂč ils racolent des clients avec une prĂ©fĂ©rence pour la dĂ©fense d’auteurs de petits dĂ©lits routiers. Ainsi, nos escrocs minimisent les risques de perdre, et Ă  se faire payer en liquide, ils visent Ă  gagner davantage.
Mais leur appĂąt du gain va les mettre en difficultĂ© : une affaire fructueuse de dommages et intĂ©rĂȘts corporels les tente
 Et la descente aux enfers se poursuit.

MON AVIS

Merci au site Netgalley pour ce SP et la nouveautĂ© de cet auteur ĂŽ combien rĂ©putĂ© dans le domaine des romans gorgĂ©s d’affaires « tragi-judiciaires ». Celui-ci s’intitule « Rooster Bar », dans son titre original.

Présentation succincte de John Grisham (source Wikipédia)

NĂ© le 8 fĂ©vrier 1955 Ă  Jonesboro, dans l’Arkansas, est un Ă©crivain amĂ©ricain, auteur de plusieurs romans policiers qui appartiennent au sous-genre du roman judiciaire, de rĂ©cits qui dĂ©crivent le Sud rural des États-Unis et d’ouvrages de littĂ©rature d’enfance et de jeunesse. Il est surtout connu pour ses romans qui ont Ă©tĂ© portĂ©s Ă  l’Ă©cran, notamment La Firme (avec Tom Cruise et Gene Hackman), L’Affaire PĂ©lican (avec Julia Roberts), L’IdĂ©aliste (de Francis Ford Coppola, avec Claire Danes et Matt Damon), Le Client (avec Susan Sarandon et Tommy Lee Jones), Le Droit de tuer ? (A Time to Kill avec Matthew McConaughey et Samuel L. Jackson), Le MaĂźtre du jeu (avec Dustin Hoffman et Gene Hackman).

Ce roman inspirera peut-ĂȘtre un scĂ©nario pour un film non dĂ©nuĂ© d’intĂ©rĂȘt. Le thĂšme d’affaires financiĂšres et judiciaires fĂ©tiche de l’Ă©crivain frĂ©quente ici, monde des universitĂ©s amĂ©ricaines qui plombent les Ă©tudiants surendettĂ©s.

UN ROMAN NOIR

Le gouffre des universitĂ©s amĂ©ricaines. Certaines rĂ©putĂ©es (ex: Georgetown), peuvent se permettre d’ĂȘtre sĂ©lectives, Ă  la diffĂ©rence de Foggy Bottom dudit roman. Un pessimisme marquĂ© illustre les risques financiers pris par des Ă©tudiants d’un niveau moyen, bercĂ©s d’illusion Ă  l’aube de leur vie professionnelle. Faire des Ă©tudes Ă  tout prix ne garantie pas de grimper l’Ă©chelle sociale : certes, ils auront un diplĂŽme, mais sans valeur
 🎓

En effet, un cyclone de noirceur emporte nos Ă©tudiants Ă  six mois d’ĂȘtre avocats. — Le suicide de leur ami — un surendettement colossal avec des crĂ©dits usuriers — frais et intĂ©rĂȘts astronomiques de plus de 200 000 Dollars minimum avant d’entrer dans la vie active — aucune rĂ©elle compĂ©tence professionnelle Ă  la clĂ© — aucune compĂ©titivitĂ© professionnelle Ă  la sortie de la facultĂ© — aucune possibilitĂ© de rembourser un jour avec leur futur salaire de misĂšre — espoir d’ascension sociale anĂ©antie.

Pas de rĂ©pit dans leur dĂ©crĂ©pitude. Une livre bien renseignĂ©, la recherche de l’auteur est indĂ©niable : Le nombre d’avocats dans le district de Washington impressionne, le montage juridique et financier complexe est dĂ©cortiquĂ© mais comprĂ©hensible…

LES PROBLEMES MIGRATOIRES

Le sort familial de Zola, la fille de la bande, s’ajoute Ă  leur tourmente. SĂ©nĂ©galais, ses parents en situation irrĂ©guliĂšre aux USA depuis des dĂ©cennies sont transfĂ©rĂ©s en zone de rĂ©tention. Or, selon la jurisprudence, mĂȘme avec un  peut ĂȘtre arrĂȘtĂ©e elle aussi, et renvoyĂ©e dans son pays d’origine, mĂȘme avec une naturalisation en rĂšgle.

Son exemple illustre le sort des populations immigrĂ©es. D’abord jalousĂ©e par leur fuite, puis dĂ©considĂ©rĂ©es Ă  leur retour forcĂ© au pays elles n’ont pas la possibilitĂ© d’édulcorer l’eldorado promis. Cette population de « sans-papiers » devenu apatride est dĂ©nigrĂ©e des siens, mĂȘme en reprĂ©sentant la manne financiĂšre d’escrocs malveillants.

LE REMÈDE : DES INFRACTIONS EN CASCADE

Le piĂšge se referme sur nos hĂ©ros, ces juristes moyens qui conçoivent l’illĂ©galitĂ© en secours providentiel l’illĂ©galitĂ©. Avec audace et dĂ©brouillardise, ils deviennent, de fait, avocats, sans vĂ©riable compĂ©tence. Mais leurs dĂ©boires vont croĂźtre, car d’usurpateurs et voleurs, ils deviennent escrocs d’une telle envergure que le F.B.I. s’intĂ©resse Ă  eux.

Leur motivation audacieuse force l’admiration : leurs intĂ©rĂȘts personnels deviennent justiciĂšrs. L’adversitĂ© les effraie mais ils persĂ©verent. Leur profusion d’idĂ©es leur permettent d’exĂ©cuter des plans ingĂ©nieux et aussi intrĂ©pides, tant cĂŽtĂ© financier que juridique.

J’ai moins aimĂ© :

Le noir extrĂȘme.

RepoussĂ©s dans leurs derniers retranchements, les protagonistes auxquels on s’est attachĂ©s nous inquiĂštent (je prĂ©fĂšre Mark). Une fatalitĂ© s’impose : Alea jacta est, ici la distribution des cartes est mauvaise
 donc, « qu’ont-ils encore Ă  perdre ? » pensĂš-je. En amatrice d’happy ends, j’ai dĂ» patienter jusqu’aux trente derniĂšres pages, pour savoir si j’aurai un : déçue ou conquise ? RĂ©ponse : lisez-le jusqu’au bout
 Une assurance, le roman rend accro !

Procurez-vous l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC.
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *