Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💜💔 LA PUNITION QU’ELLE MERITE d’Elizabeth George

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Pocket
19/03/2020
895 p.
Charmante bourgade que Ludlow, dans le comté du Shropshire. Ses ruelles pavées, ses pubs cosy, son diacre pédophile… Pour ce dernier, entendu en garde à vue, plus rien à craindre : il s’est pendu dans sa cellule, avec son étole. La punition qu’il méritait. Aux yeux de la commissaire Ardery, c’est un suicide, affaire classée. À moins que la vodka n’aveugle son jugement – et c’est bien l’avis du sergent Barbara Havers, qui voit Ludlow pour ce qu’elle est : une ville secrètement rongée par un vice rampant, la débauche, le mensonge – tout un vernis qu’il lui faudra gratter, jusqu’au sang…

MON AVIS

J’avais été conquise par 👉 ( 📚🧐 UNE AVALANCHE DE CONSÉQUENCES), L’intrigue évoluait dans le cadre typiquement anglais où des personnages intéressants et attachants liés à l’enquête étaient scrutés par l’équipe de policiers récurrents d’E. George. Mais ici grande déception avec son dernier ouvrage.

Une intrigue scabreuse

Un religieux est assassiné pendant sa garde à vue. On entrevoit une affaire de pédophilie, mais je n’ai pas adhéré dès le début, et pour cause ! La mise en scène du crime en soi bizarre, en référence au « Mystère de la chambre jaune » (G. Leroux) un peu surfait, tellement tarabiscotée avec toutes ces suppositions, qu’on m’a perdue. Quant à la chute qui se veut surprenante, elle n’est pas convaincante par manque de crédibilité.

De plus, l’auteur c’est un peu fourvoyé dans un stratagème alambiqué pour qu’on confie l’enquête à ses policiers fétiches. La reprise de l’enquête à zéro parce que Lindley a dû prendre le relais de la commissaire a cassé le rythme. Les interrogatoires, les vérifications sur le terrain se répètent, sans intérêt.

Personnages insipides

Les fans d’E. George apprécieront de retrouver ses héros fétiches du commissariat missionnés hors de leur circonscription. Ainsi, Barbara l’opiniâtre policière mal dégrossie mais très perspicace va devoir séjourner à l’hôtel avec sa supérieure la commissaire Ardery qui inspire peu de sympathie. Une diversion pour le lecteur (?), cette alcoolique impénitente vit une débâcle : saoule du matin au soir alors qu’elle se trouve en mission, elle perd pied dans un divorce pour la garde des enfants. Quant aux autres personnages impliqués autour de l’enquête, aucun ne m’a touchée, je les ai trouvés assez fades et sans surprise.

Selon moi, l’auteure enferrée avec ses personnages semble ne plus savoir plus quoi en faire, ils deviennent ennuyeux et sans surprise. Ici, la qualité n’atteint pas celle de l’ouvrage précédent : pas assez de rebondissements, des chapitres inutiles, des longueurs. On s’ennuie avec l’impression d’avoir été presque grugés par des pages de « pur remplissage ».

Je me suis ennuyée ferme du début jusqu’à la fin.  Mon avis peut paraître sévère et j’en suis désolée. Mais je ne manquerais pas de lire des ouvrages d’Elizabeth George plus anciens qui reflètent sûrement mieux son talent . À suivre…

Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *