Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

L’HOMME DE L’OMBRE de JPB

RESUME

Auto-Edition
2019
Marc, avocat au barreau de Nantes, peut se targuer d’une excellente réputation malgré sa cécité. Il s’engage à reprendre le dossier d’un de ses confrères décédé accidentellement. Le client accusé est emprisonné pour un vol de tableau commis il y a trois mois. Cette affaire simplissime en apparence se complique quand l’accusé se suicide en sautant du toit de la prison à quelques jours de sa libération…
Marc aidé de Virginie son « assistante-amie-auxiliaire de vie »- ne se contente pas de cette issue. Il décide d’enquêter sur le vol d’un tableau dont le peintre est loin d’avoir eu un succès retentissant. Curieux de ce vol d’une toile d’un « presque » inconnu, Marc veut s’intéresser à la vie de ce peintre, et en suivant ses traces. Et la complexité de l’affaire se révèle. Alors, il entraine Virginie vers des chemins chaotiques et aux détours hasardeux… vers des dangers insoupçonnés.

MON AVIS

Service de Presse : Remerciements à l’auteur et au site « simplement pro ».

UN POLAR JUDICIAIRE

Le thème de l’avocat aveugle m’a séduite. La manière dont est développé le sujet a su respecter les limitations de l’homme en les minimisant avec la présence inconditionnelle de Virginie à ses côtés. Ils forment une équipe redoutable. Leur complicité dans la vie comme au travail institue une relation saine dénuée d’ambiguité amoureuse.

L’adaptation de l’environnement de Marc, et sa maîtrise de « trucs » pour apprivoiser son quotidien paraissent bien régler. Je partais donc avec l’idée préconçue d’un polar judiciaire, et il n’en fut rien, loin de là !

VERS UNE AFFAIRE POLITIQUE

D’une affaire judiciaire, tranquille et bon enfant, on dérape vers des cadavres en cascade et une affaire d’espionnage d’envergure internationale. Marc entraine dans sa galère son amie Virginie, bardée d’une confiance constante envers lui. Dans le sillage de leurs pérégrinations, se mêlent et s’emmêlent la CIA, la DGSE, sur une trame de reliques d’après-guerre. La recherche documentaire de l’auteure m’a enseigné l’existence de l’organisation Odessa.

Ce que j’ai apprécié :

Pour un premier roman, on sent un travail de fond de la part de l’auteur. Des recherches approfondies fournissent une qualité historique et le déroulement de l’intrigue reste cohérent dans l’ensemble.

Le personnage de Marc, optimiste et se montre battant, un peu trop presque, surtout pour son acolyte. Sa complicité avec Virginie ravit le lecteur de cet enthousiasme et galvanise leur courage à tous les deux dans leurs galères. Un partenariat un peu idéalisé mais un livre procure aussi cet avantage de colorer la réalité.

L’histoire dans l’Histoire agrandit le schéma posé au préalable.

Ce que j’ai moins aimé :

Quelques coquilles. L’absence de chapitres qu’heureusement le rythme non constant compense. En effet, la longueur du texte dénué de chapitres manque de coupures.

Le livre est court ; c’est dommage. Il manque de texture et de transitions qui le rendrait plus agréable à lire. Une peu de délaiement itégrerait plus le lecteur dans le dénouement car j’avoue avoir été un peu perdue dans les déplacements et le raisonnements des protagonistes.

Je regrette la longueur de palabres fournissant des renseignements historiques primordiaux pour le dénouement. Les informations sont expliquées sur plusieurs pages d’affilées à nos héros ; elles paraissent alors balancées d’une traite ce qui les rendent un peu indigestes malgré leur intérêt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *