Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💜💜💜💜 L’ETRANGER DANS LA MAISON de Shari Lapena

Quatrième de couverture

Presse de la Cité
01/2019
300 Pages
Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux : un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d’avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s’est volatilisée. Alors qu’il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police : son épouse a été victime d’un grave accident de voiture, dans un quartier malfamé où elle ne met d’ordinaire jamais les pieds. À son réveil à l’hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d’amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu’un s’introduit en leur absence dans la maison.

MON AVIS

Remerciements

Je les adresse au site Babelio pour l’organisation de leur fameuse opération Masse Critique, et au site Netgalley. Mon partenariat avec ces deux sites m’a permis de mieux me familiariser avec l’auteur Shari Lapena. Découverte avec Le couple d’à côté, celle-ci confirme ici son art de détourner la quiétude de voisinage en thriller addictif.

Une malencontreuse coïncidence ?

Le roman s’ouvre derechef sans disgression sur l’accident de voiture de Karen. Il déboite sur une malencontreuse amnésie pour elle qui brouille l’énigme de sa présence dans un quartier socialement aux antipodes du sien. La précipitation flagrante de la jeune femme marque l’improvisation de ce déplacement dans cet endroit mal famé.

Et le mystère s’épaissit encore avec le crime d’un homme dans un restaurant situé dans une rue adjacente de l’accident. Tout semble être lié à la seule réminiscence de Karen bloquée dans son amnésie persistante. Elle ressasse l’impression oppressante et elle la tait, de penser que quelqu’un vient en son absence.

« Elle se rappelle sa peur. Toutes ces fois où, en rentrant chez elle, elle a trouvé des objets très légèrement déplacés, des traces subtiles du passage de quelqu’un fouillant dans ses affaires. Cela la terrifiait. Et Tom n’en a jamais rien su.
Elle en cache des choses à l’homme qu’elle aime ».

Puis, avec finesse, nous sommes entrainés peu à peu dans les brumes de sa mémoire où nous sommes confondus de sa présence sur les lieux. Ainsi, l’enquête nous détourne du mystère de « l’étranger dans la maison » pour nous recentrer sur le mystère autour de ce crime.

Un étranger dans la maison

On évoque l’étranger dans la maison et pourtant on dirait que ce sont Tom et Karen qui sont presque étrangers l’un pour l’autre. Un vernis a uni ce couple Tom-Karen d’un amour sincère mais qui craquèle aux yeux du lecteur dans la confidence. Les secrets bien gardés et les mensonges par omission garantissent une belle harmonie amoureuse. L’amour de Tom pour Karen a nourri son manque de curiosité sur le passé de sa femme. Avec l’accident suivie de l’amnésie,

« Il prend subitement conscience qu’il ne sait pas grand-chose de sa femme »,

sauf sa naissance à Milwaukee (Winconsin). Et pourtant, il ne cherche pas à en découvrir plus.

Tom émeut le lecteur de son désarroi, sa stupeur et sa déception quand son couple se délite. Principale victime par ricochet des problèmes de Karen, sa faiblesse – dans tous les sens du terme- nous attendrit jusqu’à énerver. Tom diffère des autres personnages où chacun tire profit de la situation. Il subit les évènements sans en tirer quelconque avantage à contrario de tous les autres personnages jusqu’à l’avocat concentré sur ses arguments de défenses et surtout sur ses émoluments.

On voisine avec l’ambivalence

L’accident de voiture de Karen, bouleverse la vie de Tom et Karen mais aussi de ses voisins dans leur banlieue paisible de cadres moyens. On imagine aisément des regards épiés à travers les rideaux, une vie par procuration offerte par le voisinage. Avec un quotidien si bien rangé, organisé et établi dans ce quartier résidentiel, Brigid la voisine et meilleure amie de Karen s’émoustille et trompe son ennui avec ces allés-retours procurés par l’enquête.

L’ambivalence des personnages pointe dès le début.

Karen, et Brigid sont les personnages féminins fortes du roman. Le secret de Karen pour Tom depuis le début de leur relation sidère par sa longue durée mais sa cohérence se tient. Quant à la frustration de Brigid devant le bonheur conjugal et serein de son amie, elle est tout à fait compréhensible. Ces deux personnages surprendront le lecteur dans leur manigance et leurs jeux de manipulation le capteront jusqu’à la dernière page.

Comme pour son précédent roman, Shari Lapena cale son histoire dans un cadre domestique. Encore plus forte que dans le précédent, elle balaie la vie plate des habitants d’un quartier tranquille, en un tourbillon de sentiments malsains pour la plus grande satisfaction d’un lectorat conquis de revirements opportuns.

La chronique d’une follower de la page Facebook – Danièle G. :

CONQUISE : C’est un livre passionnant qui se lit très facilement. On veut toujours savoir comment le couple va s’en sortir. On y voit la manipulation extrêmes des femmes et la naïveté des hommes guidés abêtis par leur amour pour ces femmes manipulatrices. Les policiers ne sont pas dupes et restent sur leurs réserves. Ils ne savent que penser de Karen et Brigid aux comportements ambigus.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, ou chez Decitre ou à la Fnac.
Votre avis personnel sur la chronique est le bienvenu, n’hésitez pas en commentaire.

Reader Comments

  1. Merci pour cette chronique Annec !
    Non en fait, pas merci du tout, encore un livre que j’ai bien envie de lire, un de plus à ajouter à mon énorme pile à lire, merci Annec lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *