Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śđź’śA LA TOMBEE DU JOUR de Mary Kubica

RESUME

Harpercollins
06/2019
360 p.
Chicago, (U.S.A.). Jessica Sloane vit seule avec sa mère Eden, comme seule famille. Le père est inexistant car comme dit Eden : « tout le monde n’a pas de papa, toi tu n’en as pas » ; et de ce fait, s’installe une relation fusionnelle entre mère et fille. Alors, quand le cancer d’Eden rĂ©cidive, Jessie la veille jusqu’Ă  l’Ă©puisement quand en fin de vie, sa mère se meurt et emporte avec elle son secret sur le père de Jessie.
Quatrième de couverture
Après le décès de sa mère, Eden, Jessica Sloane essaye de reconstruire sa vie. Elle loue un nouvel appartement, s’inscrit à la fac. Mais lorsque l’université l’informe que son numéro de sécurité sociale n’est apparemment pas valide et correspond à une autre Jessie Sloane, toutes ses certitudes volent en éclats. Pire : lorsqu’elle fouille dans les papiers d’Eden, elle se rend compte que celle-ci ne l’a jamais déclarée à charge dans ses revenus… Les jours passent et le mystère ne fait que s’épaissir, aggravé par l’insomnie chronique dont souffre Jessie. Entre l’épuisement et le deuil, sans carte d’identité ni compte en banque, elle commence à perdre pied. Pourquoi sa mère lui a-t-elle caché qui elle était ? Pourquoi a-t-elle toujours refusé de lui parler de son père ? Toute sa vie n’est-elle qu’un terrible mensonge ?

MON AVIS

La lecture de ce livre due Ă  un service de presse proposĂ© par Netgalley et les Ă©ditions Harpercollins, que je remercie, m’a laissĂ©e avec un sentiment de totale stupĂ©faction. Deux mots rĂ©sumeront mon impression : quelle fin !

EN ERRANCE D’IDENTITÉ

La narration de Jessie, notre jeune héroïne, est déconcertante. Même si bien dégourdie pour son âge, elle se retrouve seule sans famille ni mère à devoir gérer la suite de sa vie.

Alors quel effroi pour elle quand, au moment de s’inscrire Ă  la facultĂ©, l’administration ne reconnait pas son existence. Etrange : l’administration ne peut que signifier son dĂ©cès lorsqu’elle avait trois ans. En cherchant sa carte de sĂ©curitĂ© sociale, elle s’aperçoit simultanĂ©ment que sa mère n’a jamais dĂ©clarĂ© sa part aux impots…  un oubli du fisc, certainement oĂą elle reste inconnue pour le « Fichier MaĂ®tre des DĂ©cès » oĂą en « ce bas monde rien n’est certain, exceptĂ© la mort des impĂ´ts ». Au guidon de son « Fidèle Destrier » (son vĂ©lo) car sans permis de conduire, comment justifier son identitĂ© quand sa propre mère n’est plus lĂ  pour l’Ă©clairer sur son histoire ? Qui est-elle ? Elle prend alors conscience de son ignorance concernant sa personne.

Son dĂ©sarroi est touchant. En plus, en proie Ă  une extrĂŞme fatigue, des hallucinations l’assaillent –elles voient des choses et personnes imaginaires, elles entends des bruits qu’elle seule perçoit–.  De quoi devenir dingue dans ce dĂ©dale de son propre passĂ© face Ă  la rigiditĂ© du monde administratif. On trĂ©pigne d’impatience devant son hĂ©bĂ©tude.

Jessie s’engage alors dans la quĂŞte de son histoire, car si officiellement elle n’existe pas, elle vit nĂ©anmoins, alors, qui est-elle ? Tout est confus pour elle, alors ses recherches vont dĂ©buter avec la consultations des archives sur cette autre « Jessica Sloane » nĂ©e Ă  trois ans. Le doute continue de s’immiscer dans son esprit avec la rencontre fortuite avec une certaine Eleanor Zulpo. Cette ancienne patrone de sa mère s’amusait de Jessie qui, toute petite clamait « je ne m’appelle pas Jessie ». Mais ces souvenirs lointains et flous l’embrouillent… et troublent le lecteur.

AARON ET DEN

En parallèle des chapitres rĂ©servĂ©s Ă  Jessie qui se dĂ©patouille Ă  relier son identitĂ© Ă  son passĂ©, d’autres chapitres rapportent une narration d’une femme, en mĂ©nage avec Aaron. Tour juste mariĂ©s et très amoureux, ils viennent d’installer leur foyer dans une maison achetĂ©e en commun dans le Winconsin dans l’espoir d’un enfant Ă  naĂ®tre. Mais le couple devra traiter son infertilité… cliquez pour dĂ©tails…

On assiste à une énumération des traitements des plus simples au plus sophistiqués : prise de température pour elle, compléments alimentaires pour lui, préconisations dépositions pour les rapports sexuels, traitement coûteux, insémination artificielle, etc., tout y passe.

[collapse]

Avec des Ă©checs rĂ©pĂ©tĂ©s, le dĂ©sespoir d’Eden et la dĂ©solation d’Aaron le couple s’Ă©puise et finit par battre de l’aile. Mais Eden nourrit toujours cette obsession de maternitĂ© et se contente d’ĂŞtre l’observatrice discrète des autres mères, et commence Ă  envisager un autre moyen pour devenir mère. Cette femme suscite un sentiment duel : elle nous attendrit en mĂŞme temps qu’elle nous effraie.

On se doute qu’Eden va parvenir Ă  ses fins puisque la bataille de Jessie en atteste aujourd’hui.
Mais les questions se multiplient alors : Comment s’y est-elle pris ? Pourquoi a-t-elle terminĂ© dans l’Illinois ? Qu’est devenu Aaron ? Qui est vraiment Jessica ?

Le mystère s’Ă©paissit au fur et Ă  mesure du rĂ©cit, qui reste cohĂ©rent mĂŞme si les hallucinations de Jessie Ă©nervent et segmentent l’avancĂ©e de son enquĂŞte et la continuitĂ© de ses pensĂ©es. Le livre nous captive pour notre plus grand plaisir, car on s’entĂŞte Ă  essayer de comprendre, ainsi « qui vivra verra ». On flotte dans un brouillard Ă  l’instar de Jessica quand on pense comprendre l’explication, une finale autre surgit, belle idĂ©e de chute. CohĂ©rence –primordiale– selon moi au rendez-vous.
C’est alors que les interrogations laissent place aux Ă©motions devant les regrets de tous.

Je recommande ce livre. Ce n’est pas un thriller, mais une histoire Ă  suspens autour d’un mystère Ă  propos de la souffrance d’un couple stĂ©rile. 

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC.
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *