Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śUN COUPLE IRREPROCHABLE d’Alafair Burke

RESUME

Presse de la cité
09/2019
365 pages
Jusque lĂ , Jason Powell, expert financier rĂ©putĂ©, savourait un succès mĂ©diatique, et professait aussi Ă  l’UniversitĂ© de New-York. Tandis qu’il s’illustre publiquement au quotidien dans la presse, Angela son Ă©pouse  depuis plusieurs annĂ©es, se fait discrète Ă  ses cĂ´tĂ©s. Grâce Ă  Jason, sa vie frĂ´le la perfection malgrĂ© un lourd passĂ© enfoui. Pour le cacher au mieux, elle rĂ©serve le secret de sa propre histoire Ă  seulement quelques intimes. Voici sa mĂ©saventure traumatisante : kidnappĂ©e et sĂ©questrĂ©e Ă  l’âge de 16 ans dans son petit village de Pittsburg, elle a rĂ©ussi Ă  Ă©chapper Ă  son tortionnaire Charlie Franklin, après trois ans de captivitĂ©. Revenue avec Spencer, son fils nĂ© de cette relation forcĂ©e avec son ravisseur.
La rencontre d’Angela et Jason, initiĂ©e par Suzanna, leur amie commune, remonte Ă  quelques annĂ©es. Jason s’est instantanĂ©ment montrĂ© protecteur et comprĂ©hensif avec Angela, cette femme meurtrie jusqu’Ă  mĂŞme considĂ©rĂ© Spencer comme son propre fils, prĂŞt Ă  l’adopter. Elle lui est reconnaissante de l’avoir sortie de son milieu modeste des Hamptons.
Mais cet Ă©quilibre de vie New-Yorkaise confortable des Powell va ĂŞtre bouleversĂ©e par les accusations de Rachel Sutton, un Ă©lève de Jason. Elle reproche les attitudes sexuellement dĂ©placĂ©es de la part de ce mĂ©diatique expert en finance. Or, quelques temps plus tard, une autre jeune femme Kerry Lynch porte plainte contre lui pour viol. Convaincue de l’innocence de son mari, Angela le soutient et fait front avec lui pour le dĂ©fendre face aux policiers. Leur amie Suzanna et Colin le meilleur ami de Jason soutiennent le couple dans l’Ă©preuve. Quand bientĂ´t la situation s’aggrave avec l’ADN de Jason retrouvĂ© sur les vĂŞtements de Kerry, l’accusĂ© devra avouer une relation de plusieurs moi avec elle. Une procĂ©dure est amorcĂ©e, alors l’engagement nĂ©cessaire d’une avocate hors de prix va rogner leur Ă©pargne.  Pour mieux assurer sa dĂ©fense, l’avocate de Jason suggère pour lui constituer un « faire-valoir » avec le passĂ© troublĂ© d’Angela. Refus catĂ©gorique.
Puis, l’affaire s’embraye. En effet, les deux jeunes « victimes » rĂ©unissent leur plainte et choisissent une tĂ©nor du barreau très mĂ©diatisĂ©e pour les reprĂ©senter sur le terrain d’un procès en civil pour obtenir des prĂ©judices moraux.  Alors, Jason risque moins l’incarcĂ©ration s’il est reconnu coupable, mais  tous les biens acquis par le couple pourraient ĂŞtre engagĂ©s dans les dĂ©dommagements dus aux plaignantes.
Les certitudes d’Angela s’Ă©branlent et les questions fusent. D’abord convaincue de l’impossibilitĂ© de viol par Jason, elle en doute par la suite. Ensuite, si c’est une fausse accusation, cette fille veut-elle se venger du choix de Jason de rester en mĂ©nage avec Angela ?  Est-elle responsable de l’adultère commis puisqu’elle ne rĂ©pond plus aux besoins sexuels de son mari ? Comment peut-elle se protĂ©ger dans cette situation ?
Et quand Kerry va disparaître, tout se complique car afin de protéger son mari elle va mentir à la police.

MON AVIS

Les Ă©ditions Presse de La CitĂ© et le site Internet Netgalley m’ont permis la lecture de cet ouvrage avec ce service de presse, et je les en remercie.
Ce « policier domestique » très complexe imbrique beaucoup d’Ă©lĂ©ments. D’abord le passĂ© compliquĂ© d’Angela, est marquĂ© de traumatismes cachĂ©s. On assiste Ă  une rĂ©silience frappante pour cette jeune femme qui a pu fonder une famille « normale » avec une personne brillante sous les feux des projecteurs, tout en taisant son secret. Avec un dĂ©but parti sur la dĂ©licate question du harcèlement, j’avais craint Ă  un nouveau livre sur tous les postulats sont possibles : la parole de l’un contre celle de l’autre. Ici, on s’en Ă©loigne un peu car la question est abordĂ©e avec originalitĂ© avec le lourd passĂ© de l’hĂ©roĂŻne. L’auteur a Ă©vitĂ© cet Ă©cueil. Mais j’ai eu du mal Ă  adhĂ©rer Ă  la cohĂ©sion des personnages et la vraisemblance des relations Ă©tablies.

Dans le secret de la chambre Ă  coucher.

Le couple formĂ© par AngĂ©la et Jason est parfait aux yeux de tous. Cependant, les « flash-backs » inopinĂ©s d’Angela sur son passĂ© douloureux ont compromis leur vie sexuelle depuis trois ans. Ainsi, Jason « va voir ailleurs ». Elle le sait et ferme les yeux en guise d’accord tacite entre eux. Mais Ă  prĂ©sent, Angela culpabilise Ă  cause de ces incartades sa vie va dĂ©railler. Aujourd’hui les frasques de son mari risque de le mener en prison et de ruiner l’Ă©quilibre et les finances de leur famille.

P.182. « Non, il fallait que ce sois moi la raison de son infidélité. Je perturbée et frigide, incapable de satisfaire au lit un homme séduisant. Et lui passerait pour héroïque, et il est resté avec moi malgré tous les problèmes. »

  Beaucoup de questions surgissent : Le risque de l’attachement avec elle, Jason a-t-il imposĂ© une relation sexuelle Ă  cette femme, se venge-t-elle comme il le prĂ©tend, ce sert-elle de lui pour sauver son emploi ?

Les revirements et les questionnements de notre hĂ©roĂŻne tout au long du roman finissent par embrouiller l’esprit du lecteur. Suspens rĂ©ussi. Mais on a du mal Ă  suivre son raisonnement alors cette confusion du personnage dans ses choix fatigue un peu.

En un instant, je suis devenue celle que j’Ă©tais censĂ©e ĂŞtre depuis le dĂ©but : l’Ă©pouse qui ment pour protĂ©ger son mari.

Trop beau pour ĂŞtre vrai

Le couple formĂ© par Angela et Jason s’apparente Ă  un conte de fĂ©es difficilement crĂ©dible. DĂ©jĂ  l’amitiĂ© d’Angèle avec Suzanna paraĂ®t assez peu rĂ©aliste mais on se laisse tenter d’y croire. Puis, le mari idĂ©al apparaĂ®t. Alors effectivement, quand un grain de sable se glisse dans les rouages, on se dit qu’un vernis quelconque va se rayer. Mais non. Pas immĂ©diatement en tout cas, et ça surprend. Les amis restent spectateurs d’une dĂ©bâcle conjugale, mais une dĂ©bâcle que je qualifierais de « gentille ». Ils conseillent sans cesse Angela, conseils suivis ou non. Et on les sens plus fidèles Ă  elle qu’Ă  Jason, qui va payer cher ses fautes.

Le personnage de Spencer me laisse songeuse : l’enfant paraĂ®t trop mĂ»r pour son âge mĂŞme si les enfants d’aujourd’hui sont moins naĂŻfs que les gĂ©nĂ©rations prĂ©cĂ©dentes. Comment peut-il deviner tout seul l’infidĂ©litĂ© de son père avant qu’on lui en parle ? Comment peut-il avoir une notion si tranchĂ©e de l’infidĂ©litĂ©, de surcroĂ®t chez un père qu’il adule ? Sa rĂ©action est plus calquĂ©e sur un adolescent plus âgĂ©, pas un enfant de 13 ans.

Seule la mère d’Angela, Ginny me paraĂ®t plausible.

Un policier judiciaire

Les dĂ©boires accusatoires subis par Jason illustre la machine judiciaire amĂ©ricaine. Le roman aborde la question du procès pĂ©nal et du civil oĂą les deux ne sont pas complĂ©mentaires apparemment. On assiste Ă  la prĂ©sence d’un duel d’avocates prĂŞtes Ă  tout pour gagner la partie au dĂ©triment de leur client, et la constitution du grand jury qui implique des consĂ©quences importante pour les tĂ©moignages dans ces conditions.

L’affaire de Kerry permet aussi d’Ă©voquer le problèmes de malversations financières par le biais d’aide au dĂ©veloppement, notamment la stĂ© Oasis Ă  l’origine de la liaison entre Kerry et Jason. Celui-ci a eu un rĂ´le compliquĂ© car « il a confiĂ© ses soupçons Ă  Mlle Lynch, qui a laissĂ© entendre que sa sociĂ©tĂ© avait versĂ© des pots-de-vin et falsifiĂ© les Ă©critures pour se couvrir ».

Mon avis sera rĂ©servĂ© quant Ă  mon jugement sur cet ouvrage. La lecture est agrĂ©able, j’ai nĂ©anmoins passĂ© un bon moment avec beaucoup de retournements de situation. Mais la fin dont on ne peut difficilement deviner la substance, est annoncĂ©e de manière trop abrupte. BalancĂ©e comme ça, on a du mal Ă  la reconstituer dans sa conception, elle manque d’explication pour ne pas paraĂ®tre improbable. J’en garde un goĂ»t bizarre.

Laissez un commentaire en fin de page, il sera le bienvenu… 
Citations :

 La première rĂ©action de l’opinion publique, c’est toujours de jeter le discrĂ©dit la femme, parce que la sociĂ©tĂ© ne veut pas admettre que de telles horreurs se produisent. Alors, en rĂ©action, les fĂ©ministes convaincues qu’il fallait croire toutes les femmes, chaque fois.

P.111. ‘ai raccrochĂ©, avec la certitude que, pour la première fois depuis que je l’avais Ă©pousĂ©, Jason m’avait menti en me regardant droit dans les yeux. Comme si de rien n’Ă©tait.

P.74. « Je n’ai donc aucun moyen de me dĂ©fendre ? Il aurait mieux valu qu’il me viole, c’est pas ? Au moins, j’aurais des preuves physiques ! »

P. 244. Les malentendus ne surviennent pas quand les situations sont parfaitement claires. Ils naissent d’un certain flou, qui peut donner lieu Ă  plusieurs versions d’un mĂŞme Ă©vĂ©nement.


Reader Comments

  1. Il avait l’air intĂ©ressant ce roman. Comme tu le dis, c’est du « policier domestique », assez Ă  la mode j’ai l’impression, j’en vois beaucoup. En gĂ©nĂ©ral ils sont assez sympas. Ă€ voir…

    1. Bonjour Aydan, comme tu as pu le voir, je n’ai pas Ă©tĂ© des plus convaincues… mais j’attends des dĂ©tracteurs. Ă€ bientĂ´t et merci de ton passage, cela fait toujours plaisir d’avoir des commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *