Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

LA LIBRAIRE DE LA PLACE AUX HERBES d’Eric de Kermel

RÉSUMÉ

J’ai lu
07/19
276 pages
Sous-titre : « Dis-moi ce que tu lis, et je te dirai qui tu es. »
Nathalie a quitté sa vie d’avant pour s’offrir cette fantaisie de racheter une vieille librairie à vendre. Son mari, architecte, la suit dans son projet. Ainsi, le couple s’installe à Uzès même si Nathan doit encore bouger pour son travail. Puis, sans difficulté, Nathalie prend ses marques dans la bourgade et s’intègre vite grâce à son sens du contact. Et peu à peu, vite influencés et guidés par son amour des livres, les clients se suivent mais ne se ressemblent pas.
Chloé, 18 ans goûte à la liberté du choix de ses lectures, grâce à Nathalie. Elle apprécie les saveurs des lectures conseillées, si totalement moins indigestes que celles imposées.
Jacques, chaland de hasard, mené par le chemin de Compostelle, dans la librairie de Nathalie lui fait part de sa philosophie de la vie. Même si un cancer a marqué son histoire le goût de Jacques pour l’écologie et les lieux mystiques le porte, tout autant que ses lectures.
Philippe. Voyageur impénitent, il a visité 49 pays sur les 207 qui remplissent la planète. Ses lectures l’accompagnent, le guident et l’inspirent.
Leila. D’origine marocaine et totalement illettrée, trouve en la librairie une antre magique. Avec le soutien de Nathalie, elle peut y suivre des cours de lecture après le marché.
Bastien. Il entretient un mystère en demandant à Nathalie l’envoi d’une liste de livres dans une maison de retraite dans les Alpes. Cette sélection de livres traduit des messages subliminaux à son père avec qui il est en froid, par leur contenu. Alors quand un certain livre revient faute de destinataire, l’intérêt de Nathalie va s’émouvoir du désarroi de Bastien. À cette occasion, Nathan lui aussi touché, se remémore un livre offert naguère par son père, et l’authenticité de leur relation transmise par ce don.
Tarik. Ce légionnaire blessé et immobilisé est totalement dépourvu de l’usage de la parole de la vue. Pour le distraire, on lui fait la lecture et c’est alors pour lui, le moment de repenser à sa maman. Nathalie sensibilise son propre fils sur le cas de Tarik à venir lui faire la lecture de son choix. Ainsi, les deux jeunes hommes deviennent « frères de lecture ».
Sœur Veronika. Cette religieuse de la communauté orthodoxe de Solan vient commander un ouvrage singulier aux enluminures remarquables. Tandis qu’elle est inquiète quant à une opération du cœur subie par Nathan, Nathalie vient livrer en personne la commande à sœur Veronika. Ainsi, à son arrivée sur les lieux, la chaleur de l’accueil, empreint d’humanité et de générosité lui redonne du baume au cœur et de la sérénité.
Arthur. Un tout jeune acteur de 20 ans confie à Nathalie son rêve : devenir acteur. Celle-ci, audacieuse et convaincue du talent d’Arthur, l’encourage à tenter le concours du conservatoire de Paris. Aussi s’engage-t-elle à l’aider dans ce projet fou, elle le fait répéter. Ensuite, heureusement pour Nathalie, un facteur, fort de sa chaleur humaine surnommé par lui-même « bonne nouvelle » le remplace.
Solange. La cinquantaine, est une épouse et mère de famille  accomplie, mais à tel point qu’elle s’est oubliée  avec le temps. Aujourd’hui, elle se cherche à travers des ouvrages de développement personnel. Cependant, sur les conseils de Nathalie qui en modère –sans lui avouer– les effets bénéfiques, Solange va apprécier d’autres catégories finalement plus adaptées à son approche. Cela la rassérène, et  ressource son existence selon ses envies et redécouvre autrement son couple. Un couple où une amitié naitra avec Nathalie et Nathan.

MON AVIS

Un hommage touchant et vrai à la lecture, aux livres, et à la vie !

Voici une lecture pour comprendre la puissance du livre, capable de changer la vision, ou de donner un cap inattendu au cours de la vie du lecteur. La multitude de livres cités tout au long du roman au fil des rencontres de Nathalie avec ses clients sont tous répertoriés à la fin du livre. Bienvenu à ce glossaire : en effet, on prend quelques notes au début, mais on est vite dépassé par le nombre de références d’auteurs et de titres. On est aussi emporté par l’histoire de chaque personnage sous l’influence d’un livre infiltré dans leur vie.

Nathalie est cette libraire qui donne à la lecture sa lettre de noblesse. En effet, sa sensibilité et son charisme rappelle que cet acte solitaire, réalisé par passion ou obligation est également un instrument séculaire de lien social. Source intarissable de discussions et d’échanges, son contenu prime souvent mais sa matérialité et son esthétisme ne doit pas être oublié. Il évoque pour chacun des odeurs, des sensations, des images, des sons ; le contenu de ses lignes se relient à nos souvenirs enfouis et nos ressentis resurgis.

Comment ne pas aimer ce livre quand la lecture fait partie de notre quotidien ?

Je reprends quelques citations, mais en fait, le livre dégage tellement de vérités, d’émotions et de réflexions qu’il pourrait être cité en entier.  Vous l’avez compris : Je vous recommande vivement de découvrir ce livre, qui suscitera sans aucun doute en vous l’envie d’en lire d’autres.

L’auteur : journaliste et éditeur de magazine de nature, découvert à l’occasion d’une rencontre dédicace à la Librairie Decitre Chambéry. Il met ses mots au service d’un engagement écologiste et humaniste, et porte au quotidien la préoccupation de rendre notre onde plus doux et accueillant pour ceux qui l’habitent.

Citations

J’apprécie le moment où je me retrouve seule avec les livres. J’ai alors le sentiment d’être la plus privilégiée au monde. Je suis entourée des belles histoires de l’humanité, de drames tragiques aux utopies les plus folles.
C’est le premier baiser… salé, sucré, doux, amer, mou, fougueux, révolté, arraché, volé, frappé, caressé, sensuel, exotique, glacial, emmitouflé, vif…
La première impression. Très souvent, c’est la bonne.
Aujourd’hui je sais que nous rendons immortels les gens que nous aimons et que la mort véritable ne vient que de l’oubli.
Page 130. Les psychologues le divorce parle de traumatisme aussi fort qu’un deuil. Ce n’est pas par ce que les statistiques banalisent cet acte, qu’au niveau individuel, il n’est pas un événement exceptionnel de la vie de ceux qui sont confrontés.
Page 139. Les citations de mon petit carnet en sont souvent sorties pour dire en quelques mots à mes enfants ce que je ne parvenais pas à exprimer avec mon seul vocabulaire.
Si, car souvent, si elles sont bien écrites les histoires peuvent toucher davantage qu’une histoire vraie.
Quand une relation, quelle qu’en soit la cause, est altérée, tout peut être mal interprété, car la parole n’est plus prise simplement pour ce qu’elle est mais écoutée dès le premier mot comme si il de nourrir un plaidoyer à charge.
Je pense que si je créais un Meetic par les livres, je pourrais sérieusement concurrencer la même plate-forme Internet. Chacun n’aurait qu’à indiquer les vingt derniers livres qu’il a lus, ses dix livres préférés, mais aussi ce qu’il n’a pas aimés, et de possibles couples seraient proposés aux utilisateurs ! Bien entendu, cela ne fonctionnerait qu’avec des lecteurs !
« On reconnaît le bonheur au bruit qu’il fait quand il s’en va. » Jacques Prévert

 

Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *