Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

 💜💜💜 LE FRACAS ET LE SILENCE de Cory Anderson

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Pocket Jeunesse
11/2021
285 p. (num.)
C’est l’hiver, quelque part dans l’Idaho. Le ciel est noir et il fait un froid à fendre les os.
Jack, dix-sept ans, n’a plus d’espoir, plus d’avenir, personne sur qui compter. Hormis son petit frère Matty, pour lequel il serait prêt à se sacrifier. Depuis la mort de leur mère, leurs ressources sont de plus en plus réduites. Jack n’a plus le choix : pour éviter de devoir confier son frère à un orphelinat, il doit trouver l’argent sale qui a envoyé son père en prison.
Ava a le même âge. Sa vie n’est que solitude, secret, silence. Son père, qui lui a appris à n’aimer personne, à ne faire confiance à personne, est sur les traces du même butin que Jack. Quand le chemin des deux familles se croise, Ava doit faire face à un dilemme : garder les secrets de son père ou aider les deux frères à survivre…

MON AVIS

Je remercie le site Netgalley ainsi que des Éditions Pocket Jeunesse pour ce SP. Cette nouveautĂ© sortie le mois dernier  nous transporte dans un univers on ne peut plus noir. Le rĂ©sumĂ© m’avait sĂ©duite, mais avec regret, ma lecture n’a pas Ă©tĂ© Ă  la hauteur de mes espoirs. Les lecteurs adeptes de romans noirs seront comblĂ©s, l’ambiance glaciale au propre comme au figurĂ© ne laisse pas passer une de lumière. Mais l’Ă©diteur cible un public jeune. En effet, les ados s’identifieront plus facilement aux hĂ©ros qui sont au cĹ“ur de l’histoire. En perte de repères et de repaires, leurs dĂ©boires atteignent un degrĂ© assez critique pour une telle situation.

LA NOIRCEUR DANS TOUTE SA SPLENDEUR

Jack 17 ans vient de retrouver sa mère pendue tandis que son père purge une peine de prison. Du coup, il doit gérer son petit frère : difficile de trouver plus glauque comme fondement d’une histoire… un Zola vs 2020. Ainsi, à ce tableau lugubre s’ajoutent la menace d’une intervention des services sociaux et la saisie de la maison familiale. Alors, Jack décide de taire le suicide maternel à l’administration pour fuir avec son jeune Matty. Son espoir repose sur la mainmise du butin de son père, fruit du braquage qui a conduit celui-ci en prison. Peine perdue. Jack va même se mettre en danger en implorant son oncle de lui révéler la cachette de ce fameux pactole. En vain.
Jack se débat donc pour sauvegarder la cellule famille limitée à son petit frère. À ses côtés, Ava, une jeune fille de son lycée vient apporter un secours providentiel. Malgré sa débrouillardise et sa générosité, elle laisse planer un certain mystère, car sur elle aussi, pèse le poids d’une défaillance parentale.

Ce livre aborde beaucoup de thèmes relatifs à l’adolescence : la drogue, le suicide, la défaillance parentale, la délinquance, la violence, le rapport à l’autorité, la fraternité, le courage, la générosité, le tout avec une note de romanesque.

LECTURE JEUNESSE

L’éditeur a d’ailleurs ciblé la jeunesse. Cela tient surtout à l’âge des antagonistes où le vécu de notre héros assez mature les attirera. Avec sa force de caractère, il assume de prendre en charge son petit frère. Mais selon moi, le livre retentira plus auprès d’un lectorat expérimenté et mordu de lecture, car certaines longueurs se font sentir même si l’auteure a inclus l’introspection de plusieurs personnages.
Des filatures, des bagarres, de la violence, des jeux d’armes assaisonnent l’intrigue avec une impression de dynamisme. Ainsi, la pression subie par la fratrie offre un suspense, augmenté par la présence d’Ava dont l’altruisme providentiel suggère une ambiguïté dans sa sincérité.

UNE FAMILLE EXPLOSÉE

La confiance fraternelle de Matty et Jack émeut. Elle compense la violence des menaces qui les frappent à leur insu. Livrés à eux-mêmes, surveillés par la police et traqués par un homme sans scrupule, ils ne connaissent aucun répit.

J’ai moins aimé

Au début des chapitres, une police en italiques est censée refléter les pensées de Ava. Mais celles-ci n’apportent rien à l’intrigue, hormis du mystère. Et finalement, ces passages chargent le récit d’un remplissage inutile.
Quelques discontinuités dans le déroulement de l’intrigue me donnent l’impression d’enchainements parfois déstabilisants. Par ailleurs, des longueurs se sont fait sentir.

De plus, le développement des protagonistes et des figurants ne m’a pas convaincue. Ex : Le père odieux, la mère junkie complètement paumée, la jeune ado dégourdie, le gentil commissaire compréhensif… la brochette de personnages est un peu caricaturée.
J’espère que ce roman trouvera son jeune public mordu de lecture noire, car moi — peut-ĂŞtre trop âgĂ©e —, j’ai Ă©prouvĂ© une certaine hâte de sortir de cette atmosphère dĂ©lĂ©tère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *