Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’ś ON LA TROUVAIT PLUTOT JOLIE de Michel Bussi

RESUME

Editions presse de la cité
paru le : 12/10/17
La trame du roman repose sur le parcours de Leyli Maal, une immigrĂ©e malienne en France. Sa volontĂ© sans pareil pour « s’en sortir » force l’admiraton. Ici, ce lieu commun mondial : les flux migratoires de populations fuient la misère Ă  tout prix dans l’espoir d’un minime eldorado.
Le charme de notre héroïne ne laisse pas les hommes indifférents. Alors, armée de cet atout et de sa volonté, elle quittera le Mali, son pays d’origine. Mieux, elle acquiert une situation d’immigrée régulière en France, à Port-de-Bouc au prix de souffrances morales et physiques.
Là, cette mère célibataire se consacre à améliorer les conditions d’existence de ses trois enfants : Bambi, Alpha et Tidiane, le petit dernier.
Le pan tragique de son histoire enfoui dans les tĂ©nèbres de sa mĂ©moire avait Ă©tĂ© consignĂ© dans un carnet cachĂ©. Il contient son lourd fardeau dont elle distille la lectures Ă  ses confidents enclins à entendre ses secrets. Et, lĂ , sans en avoir conscience, la rĂ©vĂ©lation des aveux de Leyli dĂ©passent les frontières douanières, humaines et temporelles. Car, oui, son passĂ© s’imbrique sur un prĂ©sent aujourd’hui malmenĂ©. De plus, l’interaction insoupçonnĂ©e de multiples acteurs brouille sa vision sur la rĂ©alitĂ© concernant ses enfants. Car comment pourrait-elle Ă©tablir un lien entre eux avec une serial killer, une O.N.G renommĂ©e et la mise en danger de son dernier fils Tidiane…
Le dénouement de ce sac de nœud sortira de l’opiniâtreté du jeune inspecteur Julo Flores, envouté par la beauté de la jeunesse. Au risque bafouer l’autorité de sa hiérarchie, les résultats de son enquête va époustoufler !le lecteur !

MON AVIS

AUTEUR A SUCCES

Je n’avais pas gardé un très bon souvenir lors de la découverte d’un précédent livre « Maman a tort » de M. Bussi.

Avec le recul, j’analyse l’origine de mon mauvais ressenti au support choisi : l’audio. J’avais eu du mal Ă  accrocher Ă  l’intrigue, Ă  cause des difficultĂ©s à identifier les changement des parties ou chapitres.

Avec cette proposition de SP en livre broché « On la trouvait plutôt jolie » de ma librairie partenaire Decitre Chambéry (grand merci à elle), j’ai été transportée ; mieux, le livre m’a convertie à M. Bussi dont je projette de découvrir d’autres titres.
Pour ces deux livres « Maman a tort » et « On la trouvait plutĂ´t jolie », j’ai dĂ©celĂ© une mĂ©thode commune pour la trame de cet auteur Ă  succès. Ainsi, une enquĂŞte sur des crimes d’une particulière atrocitĂ© est ouverte. Et alors, l’avancĂ©e de la police se combine Ă  la narration du hĂ©ros qui instille son propre rĂ©cit tous les cinq ou six chapitres. Ici, l’histoire de Leyli est captivante.

LE THEME DE L’IMMIGRATION

Ici, nous surfons sur les flots de l’actualitĂ© tragique qui nous immerge dans des dĂ©rives liĂ©es aux flux migratoires (SociĂ©tĂ©s, associations, O.NG) avec des populations en proie parfois Ă  des naufrages. Ces exemples de figures individuelles (Leyli, Alpha, Savorgnan) transcendent notre regard sur les images de dĂ©barquements en « masse »de populations. Du mĂŞme coup, ces ĂŞtres attachants Ă©dulcorent des idĂ©es parfois prĂ©conçues ou impressionnantes des foules,devenues abstraites pour nous qui dĂ©barquent sur nos plages. En effet, les mĂ©dias en mal de sensationnel savent exploiter ce genre d’images.

DES VISAGES HUMAINS

Tous les personnages nous émeuvent : criminels comme victimes nagent en eaux troubles grâce à cette performance d’auteur pour nous dépeindre leur vie détaillée, souvent sous l’influence d’un passé opaque.

Plusieurs points du livre sont instructifs :

– La description du concept des Red Corners nous plonge dans un univers surprenant et cloisonnĂ©. Ces espaces de dĂ©tente offrent pièces insonorisĂ©es et dĂ©corĂ©es suivant diffĂ©rents thèmes. DestinĂ©es Ă  assouvir des fantasmes, leur confinement garantissent une parfaite intimitĂ© et paraissent si dĂ©paysantes ! L’auteur aiguise notre curiositĂ© avec sa magie des mots sur cette illustration de voyager sans bouger Ă  moindre coĂ»t pour assouvir des fantasmes… mĂŞme si on dĂ©chante devant le rĂ©sultat pernicieux subi par les protagonistes du livre.
– Voici une vague leçon d’initiation pour le nĂ©ophyte dans le domaine de l’immigration. Le parcours d’individus soumis Ă  un environnement drastique dans leur pays d’origine n’ont qu’une solution : elles s’enfuient, coĂ»te que coĂ»te pour s’aventurer vers des conjectures plus radieuses comme en Europe, perçue comme le nouvel Eldorado.

Il précise : la nuance entre immigrés et réfugiés, législation sur la naturalisation, trafic et malversations opportunes sur ces populations. L’auteur illustre aussi avec justesse les dérives financières et intéressées qui  découlent de part et d’autre de ces trafics.

Avec l’Ă©vocation de ces diffĂ©rents notions sont prĂ©texte Ă  un support Ă  un suspens original.
L’allusion Ă  la symbolique de la chouette – en couverture – rappelĂ©e par intermittence amplifie le mystère autour de Leyli.

Donc, en conclusion, si j’ose cette boutade, ce « chouette livre », rĂ©unit beaucoup d’Ă©lĂ©ments pour transporter son lectorat !

Mon bémol :

Le personnage de Jourdain Blanc-Martin : Initialement « Jordy » avant une transformation du nom pour le rendre plus classique, ce prĂ©nom est peu probable et crĂ©dible pour un homme de plus d’une soixantaine d’annĂ©es. Son diplĂ´me universitaire me gĂŞne un peu aussi car il doit ĂŞtre le seul Ă  dĂ©tenir un master de droit en 71, car dans mon souvenir d’étudiante ils n’existent que depuis les annĂ©es post-2000 (les masters ont remplacĂ© les licences et maĂ®trises BAC+3 ou +4 qui Ă©taient suivies de mĂ©moires soutenus en DEA ou DESS) et je doute aussi du choix des spĂ©cialitĂ©s de son master Droits de l’Homme et droit humanitaire,  mĂŞme Ă  Aix-Marseille Ă  l’Ă©poque. Mais peut-ĂŞtre me trompĂ©-je ?

BONNE LECTURE !

Voici le lien du site de l’auteur qui vous présentera lui-même le livre sur une vidéo :
http://www.michel-bussi.fr/ouvrage/la-trouvait-plutot-jolie

Vous procurez le livre, c’est ici ou lĂ 


Reader Comments

  1. Coucou Annec…magnifique chronique ! Elle distille le bon dosage d'Ă©lĂ©ments suffisamment captivants pour donner envie de lire ce livre !! C'est moi qui m'habitue ou c'est toi qui progresse ?… Non c'est toi qui chronique de mieux en mieux ! Ni trop longue ni trop vide: bon dosage d'Ă©lĂ©ments qui mettent l'eau Ă  la bouche ! Merci Annec

  2. Merci Estelle de tes remarques bienveillantes, ma progression provient surtout d'un lectorat très motivant. C'est si intĂ©ressant d'Ă©changer sur nos lectures ! Merci beaucoup de ta visite et reviens me dire ce que tu penses du livre quand tu l'auras lu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *