Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’ś PAS DE POT POUR LA JARDINIERE (tome3 Agathe Raisin) de M.C. Beaton

RÉSUMÉ

Albin Michel
11/2016
245 p.
Ă€ son retour d’un long voyage, Agathe Raisin s’aperçoit avec dĂ©pit que Mary Fortune une nouvelle venue dans le village accapare l’attention de tous, et notamment celle de son voisin James Lacey. Il faut dire que cette divorcĂ©e Ă  l’allure filiforme a beaucoup d’atouts pour ĂŞtre populaire, des atouts que n’a pas Agatha : bonne jardinière et bonne cuisinière.
Alors, pour ne pas ĂŞtre en reste et afin d’Ă©pater le voisin qu’elle convoite, Agathe dĂ©cide de participer au concours d’horticulture, une activitĂ© quelle ne maĂ®trise pas du tout ! Heureusement l’aide de son ami Roy et leur petit «  subterfuge » va augmenter ses chances de gagner. Cependant, bientĂ´t la police va devoir mener une petite enquĂŞte Ă  propos de dĂ©gradations dans les jardins du petit village. Mais ces crimes sont anodins en comparaison de l’assassinat de Mary Fortune retrouvĂ©e morte les pieds en l’air dans son jardin.
Toujours aussi curieuse, Agatha Raisin pour comprendre ce qui est arrivĂ© Ă  sa voisine, va mener son enquĂŞte de son propre cĂ´tĂ©…  Et finalement, elle dĂ©couvre que beaucoup de personnes en voulaient Ă  cette « gentille » voisine encline Ă  dire des vacheries.

MON AVIS

Encore un excellent moment de lecture sans prise de tète dans une ambiance British.

Deuxième tome que je dĂ©couvre de la sĂ©rie Agathe Raisin.  Un plaisir de retrouver Agatha Ă©gale Ă  elle-mĂŞme : attachante et humaine. BourrĂ©e d’imperfections avec des doutes, mais franche, pugnace et dĂ©cidĂ©e, son personnage est cohĂ©rent. Le roman offre les qualitĂ©s pour tout lecteur sensible Ă  la lĂ©gèretĂ© et l’humour dans une intrigue policière gentillette. PortĂ©e rĂ©cemment Ă  l’Ă©cran đź“ş, je regrette que l’actrice qui joue Agathe s’Ă©loigne de l’image physique suggĂ©rĂ©e par son inventrice.

UN CLIN D’ŒIL SOCIÉTAL

Dans ce petit village, le groupe de personnes constituent une sociĂ©tĂ© sereine oĂą tout le monde se connait. Les gens s’observent sans malignitĂ©, se jaugent, communiquent, interagissent. Bref, des humains normaux !

La VERTueuse Mary Fortunes :  La moitiĂ© du roman dĂ©veloppe les traits d’une femme qui s’intègre avec facilitĂ© dans le village. Au grand dam d’Agatha, c’est le genre de femme dĂ©pourvue de dĂ©fauts  qui Ă©nerve les autres car on ne peut rien lui reprocher : son physique avenant et son caractère affable ne gâche pas un talent culinaire exceptionnel. Alors mĂŞme si tout le monde semble l’apprĂ©cier, dès leur rencontre, Agatha et elle n’Ă©prouvent pas d’atomes crochus… Ă  part l’attrait pour James Lacey, le voisin d’Agatha.

De l’humour grinçant : Avec son enquĂŞte sur Mary Fortune, Agathe dĂ©couvre que cette femme plaisante s’est fait prendre prendre en grippe par la plupart. Celle-ci n’Ă©tait pas avare de petites remarques acerbes qui ont fait  grincer bien des dents  dont la causticitĂ© de ses phrases incisives fait sourire le lecteur ! Finalement,  cette femme si respectĂ©e aurait pu pousser en beaucoup Ă  la supprimer Ă  coup de dĂ©sherbant.

Un concours d’horticulture : L’animation ponctuelle du village met en rivalitĂ© les pouces verts des habitants passionnĂ©s de jardinage motivĂ©s d’exhiber leur talents. Or, pour supplanter Mary Fortune et impressionner son voisinage, Agathe Raisin dĂ©cide d’y participer, malgrĂ© une affection douteuse cette activitĂ©. Ses subterfuges pour gagner ne sont pas piquĂ©s des hannetons ! Cependant le caractère bon-enfant du concours va prendre une ampleur d’envergure, avec une telle proportion que la police s’emmĂŞle.

Une petite enquĂŞte distrayante et originale. De quoi passer un bon moment.


Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *