Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💜💜💜💜 QUE LES OMBRES PASSENT AUX AVEUX de Cédric Lalaury

RÉSUMÉ

Edition prélude
11/2019

Quatrième de couverture

Après un drame personnel, Jessie décide de retourner vivre chez son grand-père. Alors que le vieil homme vient de mourir, elle trouve dans sa boîte aux lettres une enveloppe contenant des documents. Ceux-ci évoquent Keowe, terre de leurs racines, dont il ne parlait jamais. Pourquoi lui adresser aujourd’hui ces coupures de journaux consacrées à un massacre familial perpétré des décennies plus tôt ?
Un riche industriel de la région, M. Webson, avait tué sa fille et sa femme avant de se suicider. Son fils cadet, Toby, n’a jamais été retrouvé. Or Mme Lamar, l’ancienne gouvernante de la famille, affirme l’avoir récemment reconnu.
L’Enfant perdu d’Eden Woods serait-il de retour ? Troublée, Jessie part enquêter sur place.

Mon résumé

Grand-pa avait élevé seul Jessie quand le père de l’enfant, Bobby, lui avait emmenée. Ainsi, le grand-père représentait sa seule famille à la mort de ses parents, un couple dépravé.
Après son divorce dû à un alcoolisme aux conséquences graves, Jessie Hickman est revenue vivre chez son Grand-Pa et travaille pour Hunt, directeur d’un journal. Cependant, à la mort de son grand-père, Jessie reçoit une missive anonyme dont il est destinataire. Le courrier évoque un fait divers de 1982, dont elle ignore tout : À Koewe (Caroline du Sud) les Webson une famille de notable a été décimée par le père de famille. La gouvernante Mme Lamat avait découvert le manoir en flamme, les membres tués, et le père suicidé, après mais le fils Tobias restait introuvable. Or, l’ancienne gouvernante, vient d’être agressée, par Tobias. Comme cela s’est produit dans le village d’Eden Brooks, berceau de sa famille, la curiosité de Jessie la pousse à se rendre sur les lieux avec l’opportunité professionnelle offerte par Hunter, d’en écrire un livre. Seule ombre au tableau : Miles Oakland et Jessie devront collaborer sur l’affaire. Sans se connaître personnellement, les deux chroniqueurs se détestent d’autant que cet homme dénigre incessamment le professionnalisme de la jeune femme via Ies réseaux sociaux.
Arrivée sur les lieux, Jessie va faire connaissance de ce village, où la mémoire collective est marquée par le souvenir de la famille Webson. À commencer l‘ancienne gouvernante, chacun partage avec Jessie une portion de sa vérité sur la disparition et le devenir du petit Tobias. Peu à peu notre romancière s’intègre, se familiarise avec les habitants, et parvient même à sympathiser et collaborer avec son «ex- rival » Miles. Reste à comprendre le fond de l’affaire, et à découvrir qui a voulu la faire venir, et pourquoi ?
Alors, la disparition de Mme Lamar renforce le mystère, mais Jessie fait fi de ses craintes et poursuit ses recherches.

MON AVIS

Service de presse : Tous mes remerciements aux éditions Préludes et au site Netgalley pour cette ambiance typique de bourgades engourdies par un passé enfoui, mais réveillées quand il est exhumé. J’ai adoré : Une écriture fluide et la conception d’une trame originale pour l’intrigue captivent si bien le lecteur du début à la fin qu’on perçoit à la perfection une possibilité de scénario porté à l’écran. Et, surtout, quand le suspens du dernier tiers du livre rompt avec l’ambiance mystérieuse et cosy du début. Des rebondissements inattendus surgissent, et quand on pense être à l’apogée de l’intrigue, une autre encore pire survient. On ferme alors le livre avec regret.

KEOWE, CAROLINE DU SUD

Sans longueur, l’histoire bien campée se déroule dans le cadre rural d’une Amérique un peu particulière. Les nombreux protagonistes de l’ancienne affaire sont modelés par l’auteurs avec une psychologie et des attitudes bien établis. L’ensemble de cette micro-société rassemble une société de personnes hétéroclites telles qu’on peut en rencontrer partout. L’arrivée de Jessie n’inquiètent pas les habitants outre mesure, et c’est même cette absence de méfiance et réticence apparente qui peut-être intrigue. En effet, l’évocation d’un drame qui semblait enterré et oublié ravive les mémoires et délie les mots des consciences presque soulagées de se confier.

UNE HEROÃŽNE GRISANTE

On apprécie beaucoup Jessie. Sa narration exclusive captive, car elle partage son enquête et ses sentiments avec le lecteur. Son personnage bien taillé fait ressortir une femme consciente de ses failles mais néanmoins courageuse et fonceuse malgré sa fragilité. Elle a peur, mais elle poursuit sa quête, à la limite de l’imprudence. L’auteur a instauré une bonne crédibilité au récit car j’ai apprécié la manière dont Jessie construit ses relations, son approche sincère et naturelle avec ses interlocuteurs, surtout vu leur diversité ! Elle se concentre sur ce qui l’a amenée dans cette contée et sait, avec débrouillardise, rester elle-même sans se dévoiler et sans mentir. D’ailleurs, le choix d’un seul narrateur est parfait, il recentre les idées de tous car ce n’est pas une mince affaire de reconstruire le puzzle proposé.

DES MISES EN TERRE MYSTÈRES

Une atmosphère de mystère, de surnaturel, d’ésotérisme imprègne le roman. J’y ai retrouvé l’ambiance de 👉📚 L’Armée furieuse de F. Vargas. Cette idée renforcée par la présence de la forêt d’Eden Brooks, qui cerne le village contribue à procurer un malaise éprouvé par Jessie bien transmis au lecteur. Des êtres mystérieux apparaissent comme l’énigme de la « femme en gris », certains reviennent d’entre les morts, d’autres personnes disparaissent. La présence d’un passé qui ressurgit, avec des hurluberlus déjantés plus ou moins agressifs et violents, des prédicateurs et des gourous en puissance installent un sentiment d’irrationalité.
Et pourtant, la logique règne et une cohérence incroyable demeure quand à la fin, on comprend tout…

A LIRE ABSOLUMENT !

Citation, quand l’alcool aide à relativiser la réalité :

Je vis aussi qu’il avait une alliance et devinai que les verres qu’il avait ingurgités toute la soirée avaient permis de relativiser le caractère sacré des liens du mariage.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC.
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu…


Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *