Des chroniques réguliÚres pour partager des livres, et faire connaßtre de nouveaux auteurs

💜💜💜💜 QUE LES OMBRES PASSENT AUX AVEUX de CĂ©dric Lalaury

RÉSUMÉ

Edition prélude
11/2019

QuatriĂšme de couverture

AprĂšs un drame personnel, Jessie dĂ©cide de retourner vivre chez son grand-pĂšre. Alors que le vieil homme vient de mourir, elle trouve dans sa boĂźte aux lettres une enveloppe contenant des documents. Ceux-ci Ă©voquent Keowe, terre de leurs racines, dont il ne parlait jamais. Pourquoi lui adresser aujourd’hui ces coupures de journaux consacrĂ©es Ă  un massacre familial perpĂ©trĂ© des dĂ©cennies plus tĂŽt ?
Un riche industriel de la rĂ©gion, M. Webson, avait tuĂ© sa fille et sa femme avant de se suicider. Son fils cadet, Toby, n’a jamais Ă©tĂ© retrouvĂ©. Or Mme Lamar, l’ancienne gouvernante de la famille, affirme l’avoir rĂ©cemment reconnu.
L’Enfant perdu d’Eden Woods serait-il de retour ? TroublĂ©e, Jessie part enquĂȘter sur place.

Mon résumé

Grand-pa avait Ă©levĂ© seul Jessie quand le pĂšre de l’enfant, Bobby, lui avait emmenĂ©e. Ainsi, le grand-pĂšre reprĂ©sentait sa seule famille Ă  la mort de ses parents, un couple dĂ©pravĂ©.
AprĂšs son divorce dĂ» Ă  un alcoolisme aux consĂ©quences graves, Jessie Hickman est revenue vivre chez son Grand-Pa et travaille pour Hunt, directeur d’un journal. Cependant, Ă  la mort de son grand-pĂšre, Jessie reçoit une missive anonyme dont il est destinataire. Le courrier Ă©voque un fait divers de 1982, dont elle ignore tout : À Koewe (Caroline du Sud) les Webson une famille de notable a Ă©tĂ© dĂ©cimĂ©e par le pĂšre de famille. La gouvernante Mme Lamat avait dĂ©couvert le manoir en flamme, les membres tuĂ©s, et le pĂšre suicidĂ©, aprĂšs mais le fils Tobias restait introuvable. Or, l’ancienne gouvernante, vient d’ĂȘtre agressĂ©e, par Tobias. Comme cela s’est produit dans le village d’Eden Brooks, berceau de sa famille, la curiositĂ© de Jessie la pousse Ă  se rendre sur les lieux avec l’opportunitĂ© professionnelle offerte par Hunter, d’en Ă©crire un livre. Seule ombre au tableau : Miles Oakland et Jessie devront collaborer sur l’affaire. Sans se connaĂźtre personnellement, les deux chroniqueurs se dĂ©testent d’autant que cet homme dĂ©nigre incessamment le professionnalisme de la jeune femme via Ies rĂ©seaux sociaux.
ArrivĂ©e sur les lieux, Jessie va faire connaissance de ce village, oĂč la mĂ©moire collective est marquĂ©e par le souvenir de la famille Webson. À commencer l‘ancienne gouvernante, chacun partage avec Jessie une portion de sa vĂ©ritĂ© sur la disparition et le devenir du petit Tobias. Peu Ă  peu notre romanciĂšre s’intĂšgre, se familiarise avec les habitants, et parvient mĂȘme Ă  sympathiser et collaborer avec son «ex- rival » Miles. Reste Ă  comprendre le fond de l’affaire, et Ă  dĂ©couvrir qui a voulu la faire venir, et pourquoi ?
Alors, la disparition de Mme Lamar renforce le mystĂšre, mais Jessie fait fi de ses craintes et poursuit ses recherches.

MON AVIS

Service de presse : Tous mes remerciements aux Ă©ditions PrĂ©ludes et au site Netgalley pour cette ambiance typique de bourgades engourdies par un passĂ© enfoui, mais rĂ©veillĂ©es quand il est exhumĂ©. J’ai adorĂ© : Une Ă©criture fluide et la conception d’une trame originale pour l’intrigue captivent si bien le lecteur du dĂ©but Ă  la fin qu’on perçoit Ă  la perfection une possibilitĂ© de scĂ©nario portĂ© Ă  l’écran. Et, surtout, quand le suspens du dernier tiers du livre rompt avec l’ambiance mystĂ©rieuse et cosy du dĂ©but. Des rebondissements inattendus surgissent, et quand on pense ĂȘtre Ă  l’apogĂ©e de l’intrigue, une autre encore pire survient. On ferme alors le livre avec regret.

KEOWE, CAROLINE DU SUD

Sans longueur, l’histoire bien campĂ©e se dĂ©roule dans le cadre rural d’une AmĂ©rique un peu particuliĂšre. Les nombreux protagonistes de l’ancienne affaire sont modelĂ©s par l’auteurs avec une psychologie et des attitudes bien Ă©tablis. L’ensemble de cette micro-sociĂ©tĂ© rassemble une sociĂ©tĂ© de personnes hĂ©tĂ©roclites telles qu’on peut en rencontrer partout. L’arrivĂ©e de Jessie n’inquiĂštent pas les habitants outre mesure, et c’est mĂȘme cette absence de mĂ©fiance et rĂ©ticence apparente qui peut-ĂȘtre intrigue. En effet, l’évocation d’un drame qui semblait enterrĂ© et oubliĂ© ravive les mĂ©moires et dĂ©lie les mots des consciences presque soulagĂ©es de se confier.

UNE HEROÎNE GRISANTE

On apprĂ©cie beaucoup Jessie. Sa narration exclusive captive, car elle partage son enquĂȘte et ses sentiments avec le lecteur. Son personnage bien taillĂ© fait ressortir une femme consciente de ses failles mais nĂ©anmoins courageuse et fonceuse malgrĂ© sa fragilitĂ©. Elle a peur, mais elle poursuit sa quĂȘte, Ă  la limite de l’imprudence. L’auteur a instaurĂ© une bonne crĂ©dibilitĂ© au rĂ©cit car j’ai apprĂ©ciĂ© la maniĂšre dont Jessie construit ses relations, son approche sincĂšre et naturelle avec ses interlocuteurs, surtout vu leur diversitĂ© ! Elle se concentre sur ce qui l’a amenĂ©e dans cette contĂ©e et sait, avec dĂ©brouillardise, rester elle-mĂȘme sans se dĂ©voiler et sans mentir. D’ailleurs, le choix d’un seul narrateur est parfait, il recentre les idĂ©es de tous car ce n’est pas une mince affaire de reconstruire le puzzle proposĂ©.

DES MISES EN TERRE MYSTÈRES

Une atmosphĂšre de mystĂšre, de surnaturel, d’ésotĂ©risme imprĂšgne le roman. J’y ai retrouvĂ© l’ambiance de 👉📚 L’ArmĂ©e furieuse de F. Vargas. Cette idĂ©e renforcĂ©e par la prĂ©sence de la forĂȘt d’Eden Brooks, qui cerne le village contribue Ă  procurer un malaise Ă©prouvĂ© par Jessie bien transmis au lecteur. Des ĂȘtres mystĂ©rieux apparaissent comme l’énigme de la « femme en gris », certains reviennent d’entre les morts, d’autres personnes disparaissent. La prĂ©sence d’un passĂ© qui ressurgit, avec des hurluberlus dĂ©jantĂ©s plus ou moins agressifs et violents, des prĂ©dicateurs et des gourous en puissance installent un sentiment d’irrationalitĂ©.
Et pourtant, la logique rÚgne et une cohérence incroyable demeure quand à la fin, on comprend tout


A LIRE ABSOLUMENT !

Citation, quand l’alcool aide Ă  relativiser la rĂ©alitĂ© :

Je vis aussi qu’il avait une alliance et devinai que les verres qu’il avait ingurgitĂ©s toute la soirĂ©e avaient permis de relativiser le caractĂšre sacrĂ© des liens du mariage.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC.
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu



Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *