Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💙💙💙 ELEVATION de Stephen King

RESUME

Livre de Poche
avril 2019
160 Pages
Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite. C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret Ă  nul autre que son ami le docteur Bob Ellis. Car avec ou sans vĂŞtements, sa balance affiche la mĂŞme chose, et chaque jour son poids diminue invariablement. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ? Scott doit Ă©galement faire face Ă  un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont dĂ©cidĂ© que sa pelouse Ă©tait le lieu idĂ©al pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est dĂ©clarĂ©e.
Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes mariĂ©es met en pĂ©ril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il dĂ©cide de mettre son « pouvoir » Ă  contribution pour les aider.

MON AVIS

J’adresse tous mes remerciements au site Netgalley et aux Ă©ditions Livre de Poche pour la dĂ©couverte de la toute dernière nouveautĂ© de Stephen King (du moins en France).

Avec ce roman que je dĂ©finirais comme « fantastique », l’univers « surnaturel » diffère de celui dont je suis adepte en gĂ©nĂ©ral. Fan de la sĂ©rie des annĂ©es 80 « la 4e dimension », Stephen King me ramène dans une ambiance similaire basĂ©e sur une hypothèse d’histoire fondĂ©e hors de toute logique scientifique. Sans tergiverser, dès le dĂ©part, l’étrangetĂ© pèse  avec cette surprenante « souffrance » de notre hĂ©ros : il perd du poids d’après les chiffres de sa balance mais son physique reste inchangĂ©, et Ă  son contact la force gravitationnelle sur les ĂŞtres vivants ou objets (vĂŞtements) disparaĂ®t.

Un étrange phénomène

L’imagination de Stephen King a encore frappé.

Les termes choisis et le ton lĂ©ger pour expliquer le phĂ©nomène d’une bizarrerie absolue enlève toute idĂ©e de gravitĂ©. Pourtant l’inquiĂ©tude de notre hĂ©ros croĂ®t dans des progressions inversement proportionnelles aux chiffres de la balance baisser. De visu, l’obĂ©sitĂ© de Scott demeure mais son poids disparaĂ®t un peu plus de jour en jour… De lĂ , un mystère. Quoi qu’il fasse, les kilos s’envolent et rien n’empĂŞche cette progression. Ses calculs logiques mesurent les jours qui le sĂ©parent d’un poids rĂ©duit Ă  un fatidique zĂ©ro.

Le rationnel n’a plus sa place dans l’expérience surnaturelle vécue par notre héros. Pourtant une fois que le concept est établi, la logique trouve sa place. Du coup, l’angoisse croît au fil de sa réflexion sur la progression de son « mal », un paradoxe puisque son vœu le plus cher était de perdre du poids.

Un compte Ă  rebours pour un envol des tabous

Les calculs de Scott établissent le nombre de jours qui le séparent de l’attraction terrestre. L’auteur nous invite à une riche réflexion sur le thème de la connaissance de la date de notre fin : que faire, comment réagir, quand on connaît le moment exact de notre finitude ?

La solitude de Scott l’empĂŞche de se raccrocher Ă  sa descendance ou Ă  son environnement familial, alors il se tourne vers son ami le plus proche. L’imminence de sa fin va faire Ă©voluer son approche avec autrui va Ă©voluer. Les querelles Ă  l’égard de ses voisines deviennent des broutilles pour se transformer en quelque chose de plus profond. Conscient de la fatalitĂ© de l’avancement concrète de sa fin, on devine chez Scott le sentiment de laisser une trace bienveillante de lui avant de disparaĂ®tre ; et ses voisines vont Ă  leur façon lui permettre de se rĂ©aliser. Stephen King dĂ©nonce les prĂ©jugĂ©s avec le tabou de l’homosexualitĂ©, avec ce couple de femmes lesbiennes et de surcroĂ®t mariĂ©es ! Et la dĂ©chĂ©ance de Scott sera, d’une certaine façon, leur salut dans ce village…

La narration de la course pédestre du village talonnent beaucoup d’émotions qui nous assaillent surtout au dernier tiers du livre. L’histoire et l’interaction des personnages marqueront votre esprit.

J’ai moins aimĂ© :

L’ouvrage mĂ©riterait une qualification de « nouvelle » vu le petit nombre de pages (160) qui le composent mais il a l’avantage de se lire rapidement et de limiter la durĂ©e du suspens (mais pas de l’Ă©motion).

Bonne lecture !

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *