Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💙💙💙 EN UN RIEN DE TANT de Laurent Hunziker

RESUME

auto-édité
Jusqu’à 15 H 12 d’une journĂ©e de dĂ©cembre, la journĂ©e de Louis se dĂ©roule comme il l’a prĂ©vue avec un dĂ©jeuner avec son ami d’enfance. L’achat de disque en vinyle d’un enregistrement Cannonball Adderley lui tenait aussi Ă  cĹ“ur. Une journĂ©e banale, sans imaginer qu’une crise cardiaque en pleine rue bouleversera ses projets, anĂ©antira sa vie.
Et là on plonge dans la vie, consacrée à oublier son amour unilatéral pour Camille. Cette vie tapisse le mur de ses toilettes à travers des dessins, phrases, et ses pensées. Il faut dire que sa passion pour Camille, la musique et l’écriture s’est concrétisée dans une compilation de récits dans des petits carnets dont il a retracé le contenu, maintenant retranscrit sur ce mur : Les voyages lointains et les rencontres insolites en tout genre ont comblé cette vie qui s’achève aussi vite et bêtement. Et quelle vie si remplie : tant de temps, de joies, tristesse, de trajets… pour quand-même parvenir à profiter d’elle malgré ses vicissitudes !

MON AVIS

Le questionnement sur le titre « en un rien de tant » à la lecture première du titre trouve sa justesse Ă  la lecture avancĂ©e du livre, avec cette rĂ©fĂ©rence de tant de … qui composent une vie remplie mais tous ces tant s’Ă©vanouissent en un rien de temps. On s’y perd. J’ai eu la confirmation de cette vision par l’auteur que je remercie de sa confiance pour cette chronique. Je le remercie d’ailleurs de rectifier et Ă©tayer si nĂ©cessaire.

La mort soudaine

Qui n’a pas jamais eu des plans contrariĂ©s d’une journĂ©e sous l’effet d’un destin obstinĂ© et implacable ? Pas moi, certes. Ni Louis l’hĂ©roĂŻne du livre, au sort plus cruel. Ce jour de dĂ©cembre. il se prĂ©cipite hors de chez lui pour honorer son rendez-vous avec son ami d’enfance. Sans inquiĂ©tude de son retard car, pense-t-il, il rattrapera ce soir ce manque de temps pour faire ce qu’il a Ă  faire, en rentrant.  Mais la vie en dĂ©cidera autrement.

Ce livre approche un sujet grave de la mort brutale, sournoise, sous un angle particulier mais non lugubre :

On appelle ça Infarctus, mot savant du verbe Latin infarcio qui veut dire remplir, bourrer… Louis n’avait pourtant rien de bourré aujourd’hui ! Certains soirs oui, mais pas là.

Mort médiocre par rapport à celle subie par les victimes d’attentats

Certes c’était atroce et d’une injustice inqualifiable, mais ça avait tout de même une autre classe que pour lui… tombé tout seul dans l’attentat de son propre cœur qu’il ne savait même pas malade.
Mort sans panache, ni gloire ni honneur, dernière représentation en public, mais sans avoir eu le temps de répéter la scène, d’ajuster son final.

Et de cette fatalité découle la notion du temps, qui court, qui fuit : 15 H 12 au mois de décembre…qui le laisse dormir pour toujours :

 il va avoir ainsi tout le loisir de se laisser aller au délice à présent. Tout le loisir de perdre son temps. Perdre le temps qu’il n’a plus, comble du luxe ! »

Le non -amour de Camille l’a meurtri, mais il n’a pas renoncé aux petits plaisirs offerts par la vie.

L’auteur traite d’un sujet grave qui ne peut pas laisser indifférent sur la manière dont tout un chacun vivra sa dernière heure, et de l’après « nous » pour ceux qui restent. La manière d’appréhender le sujet par le biais des passions et des envies de Louis redonne vie à la vie, une vie alors bombée d’enivrements divers.

Des voyages

Les voyages pour oublier, accompagné de son acolyte le saxo, le mènent de la Nouvelle Orléans à New-York, en passant par Le Canada, Londres et d’autres villes encore. Il y rencontre au gré du hasard, des femmes, des gens typiques et atypiques, y fréquentent des maîtresses de passages. Désespéré, Louis ne se morfond pas dans son chagrin, mais au bout du compte la mort et le temps auront raison de lui.

La poésie parsème le roman où la tristesse n’est pas pesante mais Louis reste attachant et l’écriture fluide et toutes les anecdotes des récits de voyages allègent la profondeur du texte.
Mon bémol : L’auteur avance dans l’histoire mais donne parfois l’impression de se répéter sur certains points mais peut-être est-ce une manœuvre pour insister sur des points précis.
Je recommande ce livre car les questions qu’elles inspirent au lecteurs sur son propre destin sont en soi des leçons de vie indirectes.
Que pensez-vous de la chronique, vous inspire-t-elle ou non la lecture du livre ?

Noter le livre :
Noter la chronique :

Reader Comments

Laisser un commentaire