Des chroniques réguliÚres sur des livres, et faire connaßtre de nouveaux auteurs

💜💜💜💜💜L’EMPATHIE d’Antoine Renan

RÉSUMÉ  

Pocket
2019
400 p.
Le capitaine Rauch ou La Poire, et sa collĂšgue Manon, enquĂȘteurs Ă  la « brigade des viols » Ă  Paris, ont l’habitude de recueillir les tĂ©moignages de femmes violentĂ©es dans la ville. Or trĂšs vite, au grĂ© de points communs dans les affaires du moment, ils parviennent Ă  dĂ©terminer le profil d’un agresseur en sĂ©rie. Mais bientĂŽt, la gravitĂ© des dĂ©lits « du violeur aux ascenseurs » prend de l’amplitude. En effet, le sadique s’introduit par les fenĂȘtres ouvertes des appartements, mĂȘme aux Ă©tages Ă©levĂ©s des immeubles, pour violer la femme, devant son conjoint bĂąillonnĂ©. Mais un jour, comme une victime se rĂ©vĂšle ĂȘtre un notable, la presse fait les choux gras de l’affaire dite du « lĂ©zard » poussant le ministre de l’IntĂ©rieur Ă  s’en prĂ©occuper. Ainsi, ce politique opportuniste qui se targue de compter parmi ses hommes le fils de la fameuse avocate-pĂ©naliste Louisa Rauch va promouvoir La Poire afin de maitriser la pression mĂ©diatique.
Mais le « lĂ©zard » piquĂ© au vif dans son narcissisme par les commentaires du le capitaine Rauch, un profileur aguerri, va s’employer Ă  l’atteindre personnellement ainsi que sa co-Ă©quipiĂšre. Pour cela, il va user des moyens les plus sordides et atypiques.

MON AVIS

Une escalade dans les agressions.

Un excellent thriller difficile Ă  lĂącher quand on l’a commencĂ©. On assiste Ă  de « simples viols » dans des montĂ©es d’escalier oĂč les victimes dĂ©semparĂ©es sont laissĂ©es saines et sauves avec des sĂ©quelles psychologiques nous conduisent Ă  un climax rare.

Puis l’inquiĂ©tude s’installe, et grandit sans arrĂȘt, Ă  propos des idĂ©es perverses que peut Ă©chafauder Alpha. En effet, la narration met en scĂšne un certain « Alpha » , l’auteur des crimes, dont l’identitĂ© n’est pas encore certifiĂ©e. Avec sa noirceur naturelle, il applique sa monstruositĂ© incessante pour Ă©prouver les nerfs de son adversaire Rauch, comme ceux du lecteur.

Des personnages nuancés

Des personnages complexes interfĂšrent. Le cynisme et les capacitĂ©s physiques d’Alpha dĂ©passent l’entendement. Donc, en s’en prenant sans vergogne Ă  Rauch (je ne divulgĂąche pas) il force l’admiration (empreinte de frissons) quand il use de son gĂ©nie machiavĂ©lique Ă  discrĂ©diter publiquement le commandant. Le lecteur est saisi de pitiĂ© pour le policier ainsi rĂ©pudiĂ© par ses pairs, par sa collĂšgue et amie… Dans cette pagaille, sa seule alliĂ©e face Ă  cette infamie, semble ĂȘtre sa mĂšre ; or il la tient comme responsable ses malheurs.

Sans vouloir jouer dans les mĂ©los, le passĂ© de Rauch dĂ©range. On ne comprend pas sa consommation de ce mĂ©dicament intrigant, et cela inquiĂšte d’autant plus le lecteur… il faudra patienter jusqu’à la fin pour ses explications.
La construction du personnage du commissaire Rauch se justifie par un passĂ© familial complexe qui produit en toute logique, des failles inĂ©luctables. Et la crĂ©dibilitĂ© demeure malgrĂ© la carriĂšre originale de sa mĂšre, la puissance financiĂšre de son pĂšre, et la notoriĂ©tĂ© cinĂ©matographique de son beau-pĂšre incestueux. À ce propos, l’actualitĂ© fait Ă©cho avec cet ouvrage Ă©crit en 2019.

On ne s’ennuie pas avec ce roman, et on reprend enfin son souffle quand on le referme. Bien que dans ma PAL (pile à lire) depuis longtemps, je  le considùre comme mon coup de cƓur du mois de mars 21.


Reader Comments

  1. Coucou Anne-Christine,
    Tu n’as mis aucun cƓur sur cette lecture, est-ce normal ?
    Bises
    Estelle 😉

Comments are closed.