Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💚💚💚💚💚 POUR QUE L’HONNEUR SOIT SAUF d’Alexis Ruset

RESUME

 

ISBN 978284 8591749
Edition Zinedi (25/01/18)

 

Dans les Vosges, au village de la Harpaille, Gaston, devenu veuf de Léa, élève enfants. Les temps sont durs pour lui car le travail de la forge connaît des heures difficiles avec l’évolution de la société.
Dans cette famille soudée face à l’adversité, ses deux filsJean et Pierre   affichent des tempéraments opposés  et leurs discordes ébranlera l’équilibre familial. Jean discipliné et conformiste suit avec scrupule les règles dictées par son éducation tandis que Pierre, sait les adapter pour quitte à les transgresser pour le bien des siens. C’est ainsi qu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Pierre approvisionne et agrémente les repas de la famille avec le fruit de ses braconnages sur les terres du notable du village, Guerite. Cette pratique cessera à sa dénonciation au Garde-Chasseur par Jean, et l’issue d’un jugement conduisant son frère en prison.
Pendant son incarcération, la Seconde Guerre Mondiale est déclarée. Le destin séparé et leurs opinions divisée des deux frères continueront de les éloigner. Ils poursuivront des chemins parallèles et adversaires, avec pourtant un passé familial ainsi que le charme de Sandrine qui les uniront malgré eux.

MON AVIS

 J’avais adoré « Pour que la mort ne crie pas victoire » (cf. Chronique) qui nous avait présenté le hameau de la Harpaille pendant la Grande guerre. Aujourd’hui, je remercie chaleureusement l’auteur et sa maison d’édition pour ce service de presse proposé car je retrouve la même veine. L’écriture sous cette excellente plume est un plaisir à redécouvrir pour poursuivre la suite pour finalement créer une saga. Ici, « Pour que l’honneur soit sauf » ouvre un nouveau regard sur ce village et ses habitants. Plusieurs années après, on suit plus précisément Octave, avec sa famille fondée avec Léa. Son passé, détaillé dans le premier livre nous avait touché et ici, devenu veuf, il élève seul ses enfants déjà grands puisque le roman se situe à la veille de la Seconde Guerre Mondiale.
A savoir que la lecture de ce seul volume peut se suffire à lui-même :  Entamer « Pour que l’honneur soit sauf » n’entrave pas sa compréhension. Mais quel dommage de manquer la découverte de « pour que la mort ne crie pas victoire » vivement recommandée lors de ma précédente chronique.
Sous les auspices d’un conflit mondial naissant, les personnages ont vieilli, d’autres sont partis et certains apparaissent. Tous sont aux prises avec les bons et mauvais sentiments, contraints sous les influences des événements politiques.
En jouant sur la dichotomie entre les deux frères Pierre et Jean, l’auteur a évité le risque du manichéisme en dotant les personnages d’humanité teintés de défauts et qualités. Attachants dans leur parcours, on suit leur progression en se questionnant sans cesse sur une probable ou impossible réconciliation, séculaire question d’une fratrie divisée. La question d’une possible réconciliation sera pérenne tout au long de la lecture… jusqu’à une fin détonante.
L’auteur Alexis Ruset, nous avait déjà touché avec le petit homme dans son précédent livre, là il nous rappelle une humanité confrontée à la cruauté et la faiblesse potentielle de l’Homme. La période située dans trouble de la Seconde Guerre Mondiale en France illustre le clivage des orientations de chacun avec le choix des camps (soutenir le pouvoir en place de la Milice ou l’engagement dans la Résistance) selon les rencontres, ses opportunités ou ses convictions.
Le déroulement de ce roman repose aussi sur le cas de Sandrine où se marque le versant féminin dans ce flou social ancrée son rôle d’appât et proie
Les livres d’A. Ruset captive le lecteur avec un dosage subtil de tous ces ingrédients dignes de constituer un bon scénario (à quand sur les écrans): Épopée militaire, l’Histoire, saga familiale, la loyauté, les trahisons, l’adversité des populations, sexe, convictions ou opportunités politiques.
Vous l’aurez compris : je recommande vivement cet ouvrage, ainsi que le précédent du même auteur, en attendant le prochain…
Vous pouvez trouver cette ouvrage à en ici

Et vous, que pensez- vous de la chronique ? Avez-vous lu le livre, d’accord ou pas d’accord avec moi ? N’hésitez pas à laisser un commentaire…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *