Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śđź’śđź’śLE DERNIER VOL de Julie Clark

Quatrième de couverture 

ed. L’Archipel 07/22

 

Claire avait tout planifiĂ© pour fuir Rory, homme politique charismatique doublĂ© d’un mari tyrannique.
Mais, Ă  la dernière minute, la mĂ©canique s’enraye. Son chemin croise alors celui d’Eva Ă  l’aĂ©roport JFK. Elle aussi a de bonnes raisons de vouloir changer de vie.
Et si chacune prenait la place de l’autre ? Les deux jeunes femmes dĂ©cident d’Ă©changer leurs billets d’avion.
Claire s’envole donc pour Oakland au lieu de Porto Rico, oĂą elle apprend, horrifiĂ©e, que le vol qu’elle aurait dĂ» prendre s’est abĂ®mĂ© en mer.
Claire est dĂ©sormais Eva aux yeux de tous. Mais la nouvelle vie dont elle rĂŞvait pourrait se rĂ©vĂ©ler pire que celle qu’elle a laissĂ©e derrière elle.
Eva avait des secrets ; Claire en a hĂ©ritĂ©. Des menaces pèsent Ă  prĂ©sent sur elle…

MON AVIS

Grâce à son mariage avec Rory Cook, Claire se prédestinait à un destin idyllique, parfait pour oublier son ancienne vie modeste. Mais avec le faste d’une vie publique de notable, viennent les abnégations, voire les humiliations infligées par son mari. Sachant un divorce impossible, Claire était coincée dans son mariage avec un homme politique influent et charismatique. Alors, fatiguée de subir le harcèlement conjugal dans l’enceinte de son foyer, elle met au point un plan de fuite pour refaire sa vie : et pour elle, changer d’identité est devenue la seule échappatoire à sa cage dorée.

Ces quelque 300 pages de ce thriller domestique déroulent la préparation et la quête de liberté et leurs revers nous captivent jusqu’à la fin.

Le problème des femmes battues

DĂ©crite ici de manière assez rĂ©aliste. Mais peut-ĂŞtre, l’Ă©vasion est-elle la meilleure solution au vu de l’actualitĂ© ? Claire, est acculĂ©e sans autre choix que de changer d’identitĂ©, sous peine d’être retrouvĂ©e et remisĂ©e Ă  nouveau sous le joug conjugal et social. Après l’expĂ©rience d’un Ă©chec prĂ©cĂ©dent de fuite, elle ne pouvait pas prendre de risque.

J’ai apprĂ©ciĂ© la crĂ©dibilitĂ© de l’Ă©chafaudage de cette fuite. Claire, l’hĂ©roĂŻne la narre de façon explicite et exhaustive sans ĂŞtre rĂ©barbative. Sa narration s’alterne avec le vĂ©cu d’Eva Ă  la troisième personne avec des flashbacks qui se combinent au prĂ©sent. Le tout suggère du rythme : l’art du rĂ©cit par excellence. En plus, un vĂ©ritable suspens tient en haleine le lecteur assailli d’interrogations, car chaque rĂ©ponse apporte une autre question…

Le mécanisme de la femme « battue ».

Le roman dĂ©montre l’improbable vĂ©racitĂ© du harcèlement et la brutalitĂ© de Rory aux yeux du quidam. Sa violence sournoise et insidieuse n’est perçue que dans l’intimitĂ© du couple, et mĂŞme si des traces percent, sa respectabilitĂ© les effaceront. Le charisme, l’histoire familiale et l’engagement politique visant des projets philanthropiques accrĂ©ditent Rory d’une aura donnant l’illusion d’un homme « parfait ».

Claire bernée lors de leur rencontre, s’est laissée charmer par les promesses d’une vie confortable aux côtés d’un notable estimé. Pourtant, avec une facilité déconcertante, le lecteur parvient à détester cet homme. En effet, les reproches, les coups et les bleus effriteront le vernis reluisant de Rory au fil des années dont malheureusement, seule Claire est témoin. Et victime.
Et là, clin d’œil du destin, la providence dans les retrouvailles d’une amie de jeunesse, reconnaissante du courage que Claire a prouvé vingt ans auparavant.

La fuite

Son orchestration était parfaite ; l’organisation mise au point depuis un an n’avait rien laissé au hasard… et pourtant ! Les plans de Rory au dernier moment vont bouleverser ceux de Claire…
C’est lĂ  que germe l’idĂ©e d’un Ă©change d’identitĂ© entre Claire et Éva Ă  l’aĂ©roport. Et les moins jeunes lecteurs du blog auront un vague souvenir du film « J’ai Ă©pousĂ© une ombre » dans lequel une femme usurpe la vie d’une autre après un accident de train.

Ici, dans le « dernier vol », surgit un événement inattendu : un avion se crashe, a-t-elle finalement embarqué ? Et l’intrigue est loin de s’arrêter à ce stade !
En endossant la vie d’Éva sur le campus de Berkeley, Claire devra décortiquer les activités et l’emploi du temps de celle qu’elle n’a aperçue que quelques minutes.

Un suspense Ă  foison

L’intrigue se développe de différentes manières tout au long du roman. Le récit s’articule avec des détails sur les semaines ou mois qui précédent la fuite des deux femmes. Et l’histoire ne se limite pas au destin de Claire, car Éva prend une dimension analogue et devient attachante à son tour.
Les informations égrainées au fil des chapitres et le rôle de chacun court-circuitent toute certitude pour rendre la lecture addictive. La crédibilité demeure jusqu’à la fin malgré la multitude des liens, des nœuds entre les évènements et les personnages établis par l’auteur.

Je recommande vivement cette lecture, un roman qui vous fera voyager dans une autre réalité.

Remerciements Ă  Netgalley et aux Éditions de l’Archipel.

#LEDERNIERVOL #NetGalleyFrance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *