Chroniques régulières sur des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śđź’śđź’śSES DERNIERS MOTS de Linda Green

Résumé

Préludes 11/22 380 p.
Sur son lit de mort, Nana fait une confidence étrange à sa petite-fille Nicola : elle lui demande de veiller sur ses bébés au fond du jardin… Irène, la mère de Nicola, soutient que la mourante avait certainement perdu la raison au moment de son dernier souffle, mais semble très perturbée par cette révélation. Elle somme même sa fille de se taire pour le bien de tous. Tandis que les proches pleurent la disparue, la petite Maisie, en jouant, fait une macabre découverte dans le jardin : un minuscule os… humain ? Voilà qui jette le trouble. Pour Nicola commence alors une enquête difficile et éprouvante sur sa propre famille.

MON AVIS

Je remercie vivement les Ă©ditions PrĂ©ludes et le site Netgalley pour ce Service de presse du nouveau roman de L. Green. Après sa dĂ©couverte avec son premier ouvrage « Une seconde trop » (cf. Chronique), je la retrouve ici avec celui-ci, paru en novembre, dont la qualitĂ© surpasse le premier. Mon coup de cĹ“ur du mois de janvier…

Thriller domestique et familial 

L’envergure du rĂ©cit dĂ©passe la pĂ©riode actuelle pour nous plonger dans le passĂ© avec des flash-back. Cette fois-ci, on peut dire que l’auteure a excellĂ© dans le domaine de l’intrigue domestique. Elle a suscitĂ© une Ă©motion et une compassion bien plus grandes que celles de son premier roman. L’histoire des femmes de cette famille Ă©branle le lecteur.

L’intrigue nous captive de bout en bout. Rien d’original : Sur son lit de mort, une grand-mère aimante assène une ultime supplication Ă  sa petite-fille adorĂ©e. Pourtant, vraiment dĂ©routante, cette demande de « s’occuper de ses bĂ©bĂ©s » se rĂ©vèlera dĂ©sopilante pour Nicola, notre hĂ©roĂŻne. Sa vie en sera bientĂ´t bouleversĂ©e Ă  cause de ses scrupules de vouloir bien agir lors d’une dĂ©couverte macabre. Au-delĂ  de ce que Nicola pensait, des secrets qui dĂ©rangent resurgissent ; ils vont Ă©clabousser plusieurs gĂ©nĂ©rations… cependant, elle saura autant affronter de terribles vĂ©ritĂ©s que des cas de conscience ou des menaces anonymes.   

Avec ce récit, j’ai noté une nette progression de l’auteur dans sa manière d’écrire, sa narration, et l’élaboration des personnages. Quel prodige ! Sa plume crée des énigmes qui naissent de page en page pour offrir une tension croissante au sein d’un univers familial auparavant paisible ! Une habileté remarquable inscrite dans des chapitres en italique, instille des indices sur le passé. Et je me tais ici, pour entretenir le don de Linda Green dans la construction de son intrigue à l’instar des poupées gigognes. Bravo à elle !

Sa dextĂ©ritĂ© littĂ©raire permet de dĂ©cliner le thème de l’amour, de la maternitĂ© contrainte sous diverses formes Ă  diffĂ©rentes pĂ©riodes. Divers travers humains sont Ă©galement abordĂ©s (je n’en dis pas plus, vous devrez lire l’ouvrage pour savoir lesquels…).

Sans divulgâcher, les générations se succèdent avec leur lot de traumatismes. Ainsi, les relations mères-filles au cœur des histoires familiales fournissent des prétextes à des secrets douloureux qui dégénèrent en intrigues exhumées.  

Les suppositions évoluent au fil des quelque 280 pages, les explications et les personnages aussi… or, le plaisir demeure. Suspense, émotions et les considérations sociales se réunissent pour un excellent roman. Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Carole Delporte.

Bonne lecture ! je vous recommande vivement cette lecture.

#SesDerniersmots #NetGalleyFrance