Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💙💙💙💙 A LA VIE, A LA MER d’Evelyne NĂ©ron Morgat

Editions : incartade(s)
Date de parution : mars 2018
340 pagesincartade(s)
Parution : mars 2018
340 pages

RESUME

Quatrième de couverture
Désormais bien installée dans son entreprise ostréicole artisanale, Mélina ne parvient pas à tourner la page de son histoire d’amour avec Nathanaël. Celui-ci ne vit plus que pour Evaelle, sa petite fille de deux ans, déchiré entre un passé qui le rattrape et le devenir incertain de son métier de marin pêcheur. Tyrannisé par le dictat machiavélique et vénal de Rodolphe qui règne en maître sur le port de pêche, le jeune marin doit aussi se battre pour défendre son avenir. Victime d’un destin infernal entre éclats de bonheur, disparitions inquiétantes et pièges mortels, Mélina survivra-t-elle à la violence de ce milieu maritime à bout de souffle ?

MON AVIS

Tous mes remerciements aux Editions Incartades pour ce SP qui m’a transportĂ©e dans la rĂ©gion de l’île d’OlĂ©ron. J’affectionne particulièrement la rĂ©gion, j’apprĂ©cie d’avoir dĂ©couvert le quotidien des habitants du secteur Ă  travers cette romance.

Ce volume est la suite de « Femme de coquilles » de la même auteure que je n’ai pas encore lu. Donc, je confirme que ce seul ouvrage offre une lecture compréhensible et agréable d’une romance contrariée, au milieu des épreuves des divers métiers en milieu marin.

Cette romance nous immerge dans un univers marin souvent ignoré des consommateurs de poissons que nous sommes, même si on est sensibilisés par les difficultés du secteur.

ৡ  UNE ROMANCE HOULEUSE  ৡ

Je ne privilégie pas les romances mais j’avoue qu’après une kyrielle de lectures de thrillers et de policiers, un roman moins sanguinaire est appréciable. Son côté « régional » lui confère une originalité dans le genre et bien assorti au thème secondaire abordé.

De plus, malgrĂ© une vague de sentiments sous-jacente, rien de mièvre ni de vaseux car des rebondissements tempĂ©tueux dans l’activitĂ© de la mer menacent leurs vies et leurs amours. Le rĂ©cit de mise en danger, la malveillance, la jalousie, et l’appât du gain enlisera l’idylle entre MĂ©lina et NathanaĂ«l jusqu’à… l’extrĂŞme ?

ৡ DES HABITANTS AUTHENTIQUES ৡ

Ici au cours du roman, le patois charentais d’OlĂ©ron est parfois retranscrit et usitĂ© dans les dialogues entre les vieux habitants du coin et plus prĂ©cisĂ©ment celui de la Cotinière oĂą se dĂ©roule l’histoire. On a l’impression rĂ©elle de partager le banc ou la table des locaux, et cela offre un autre tableau que celui proposĂ© aux touristes.

La jeune célibataire Mélanie, ostréicultrice, se voue aux contraintes de son pénible labeur qu’elle a pourtant choisi de plein gré pour l’amour de sa région. Il en ressort pour le lecteur une femme de caractère courageuse qui ne rechigne pas à la tâche solitaire qui la soumet à un certain isolement. Son sens de la réalité la pousse à garder la tête froide avec Nathanaël malgré son long célibat depuis deux ans. Ses appréhensions seront-elles fondées ?

En parallèle, Nathanaël marin pêcheur semble courageux mais assez sensible, voire faible. Pourtant, il représente LE célibataire convoité du village. Cette impression de faiblesse persistera-t-elle jusqu’à la fin ? Comment va-t-il évolué face à ses difficultés ?

En tout cas, le lecteur s’attachera à ces deux principaux personnages.

ৡ DES MARINS COMBATIFS ৡ

Un bel hommage rendu ici aux métiers évoluant dans le domaine de la mer par le biais d’amours contrariées.

On aborde de manière douce l’univers de mĂ©tiers de la mer (marin pĂŞcheurs, ostrĂ©iculteur, fileyeurs, caseyeurs, ligneurs ou palangriers…) qui doivent rĂ©pondre de risques quotidiens mettant leur vie en jeu. On ressent la passion d’un univers noyĂ© dans la rudesse. La grande difficultĂ© financière croissante avec les annĂ©es, est nĂ©e de la pression des normes europĂ©ennes leur imposant des quotas. Y sont dĂ©crites et dĂ©criĂ©es un système d’écrasantes sanctions en cas de violation du respect de ces règles (p. 114).

Le principe de la vente « à la criée » est détaillé, les anciennes techniques de pêche aussi. L’auteure dénonce les tentatives de malversations possibles et les dérives sournoises mises au point pour les grands chalutiers.

Ce livre appelle Ă  la prise de conscience des consommateurs d’une manipulation dont nous sommes tous l’objet, et dont sont victimes les marins pĂŞcheurs de moins en moins nombreux. Le discours et les agissements des personnages du roman nous alertent contre l’abus de la rigueur des politiques de quotas abusifs. ImposĂ©s en vue de la survie d’espèces de poissons, ils semblent parfois inutiles ou dĂ©tournĂ©s.

Ce que j’ai moins aimĂ© :

 Le patois n’est pas assez « traduit » car la comprĂ©hension se devine mais cela ralentit et gène la lecture.

Pour se le procurer Ă  Decitre, c’est ICI et Ă  la FNAC c’est LA
Avez-vous lu le livre ? Envie de le lire ?  Commentez la chronique…
Noter le livre :
Noter la chronique :

Laisser un commentaire