Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💜💜💜💜CONCENTRE-TOI ET RESPIRE de Vanessa Laferrière

RÉSUMÉ

Ed. Sydney Laurent
2019
167 p.
Vanessa appelĂ©e Nine par ses collègues et amis, technicienne de police scientifique travaille au commissariat de ChambĂ©ry. Ce jour-lĂ , elle est missionnĂ©e Ă  la suite d’une disparition inquiĂ©tante de Lisa une mère de famille, ainsi que de ses deux filles Garance et AĂŻcha. Madame Liesse, la mère de Lisa est venue signaler Ă  la police l’Ă©trangetĂ© du silence de sa fille. Sans aucune nouvelle d’elle depuis plusieurs jours, tout porte Ă  penser qu’il s’est passĂ© quelque chose, surtout que ni Garance ni AĂŻcha n’ont Ă©tĂ© emmenĂ©es Ă  l’école.
Alors Nine, son collègue Carl, et leur impopulaire supĂ©rieure surnommĂ©e Ă  son insu par le sobriquet Chou-Baca, se rendent au domicile de Lisa. Ils recherchent donc des indices pour comprendre cette disparition anormale. ArrivĂ©e Ă  l’appartement, l’équipe scientifique le trouve dĂ©sert au premier abord, sans trace d’aucune prĂ©sence. Mais bientĂ´t, une dĂ©couverte difficultueuse laisse deviner le cadavre d’Ahmed, le conjoint de Lisa. Ce premier rĂ©sultatrequerra les compĂ©tences de la procureure alors dĂ©pĂŞchĂ©e sur place. Nine et son Ă©quipe poursuivent nĂ©anmoins leur quĂŞte, toujours Ă  l’affĂ»t d’explications sur l’absence de Lisa et ses filles. Et, leur exploration va se rĂ©vĂ©ler effroyable…


MON AVIS

RencontrĂ©e Ă  une sĂ©ance dĂ©dicace Ă  la librairie Decitre de ChambĂ©ry, j’ai eu la chance de faire connaissance de l’auteure.

Rencontre Decitre Chambéry

La personnalitĂ© chaleureuse et sympathique qui Ă©manent de Vanessa Laferrière efface la duretĂ© de son vĂ©cu quotidien dans la police. On dirait que les violences endurĂ©es dans son activitĂ© professionnelle n’ont pas d’emprise sur elle. Et pourtant, la barbarie, la rudesse et brutalitĂ© qu’elle doit affronter, et dont elle est spectatrice font partie intĂ©grante de son mĂ©tier. Avec la narration de cette histoire dramatique, partie d’une base d’une rĂ©alitĂ©, l’auteur atteste de la duretĂ© des Ă©vènements Ă  gĂ©rer quand l’humanitĂ© et l’empathie sont confrontĂ©s Ă  une bestialitĂ© impitoyable. On dĂ©cèle dans l’auteure les qualitĂ©s de son hĂ©roĂŻne Nine : spĂ©cialiste des crimes mais respectueuse de la vie et des autres avant tout.

Le plus :

Un roman régional

Je le considère comme tel : L’histoire se situe dans la ville de ChambĂ©ry đź’–, ma ville ! Donc, je ne pouvais pas passer Ă  cĂ´tĂ©. Rien que pour cette raison, j’apprĂ©cie ce livre… sauf que j’espère sincèrement que cette histoire s’est passĂ©e ailleurs et qu’elle a Ă©tĂ© exagĂ©rĂ©e. Difficile de reprĂ©senter une telle horreur Ă  deux pas de chez soi. 

Du réel à la fiction

Ces 170 pages de ce drame familial suffisent pour dĂ©crire les dĂ©rives du sordide, comme relatent souvent les pages des faits divers. Penser que le rĂ©cit contient une bonne part de vĂ©ridique renforce l’idĂ©e de cruautĂ©, et Ă©limine toute idĂ©e de lĂ©gèretĂ© que suggère parfois une fiction pure. AssurĂ©ment, ce livre secoue (!). Aussi, après l’avoir lu d’une traite ou presque vu la difficultĂ© Ă  la lacher, je l’ai refermĂ© avec un sentiment de malaise, tellement imprĂ©gnĂ©e par l’horreur racontĂ©e.

Ă€ partager un brin de son expĂ©rience, V. Laferrière transmet son propre dĂ©sarroi parfois ressenti. Après des annĂ©es Ă  devoir ĂŞtre confrontĂ©e Ă  ces difficiles routine, on constate qu’elle est loin d’ĂŞtre blasĂ©e. Sa sensibilitĂ© transperce Ă  travers ses lignes et tĂ©moigne d’une empathie pour les victimes, ou familles de victimes sans pourtant encombrer ses compĂ©tences. Un temps pour tout, mais chaque chose en son temps. Et c’est lĂ  que l’on constate qu’elle trouve son oxygène moral et mental avec l’esprit d’Ă©quipe et dans le rĂ©confort de ses collègues et amies.

Les moins :

La dureté du récit et la description des crimes donnent froid dans le dos. Âme sensible s’abstenir, et les fans de crimes sordides ne seront pas être déçus.

Le personnage de Chou-Baca ne m’a pas inspirĂ© autant d’antipathie qu’à notre narratrice. Je pense que de son expĂ©rience, l’auteure a avouĂ© avoir subi ce genre de collègues dĂ©sagrĂ©ables et imbus d’eux-mĂŞmes sans considĂ©ration pour autrui ou leur Ă©quipe. Je regrette juste l’insistance avec laquelle l’auteure dĂ©nigre Chou-Baka ici, – mĂŞme si ces critiques sont justifiĂ©es ! — ; alors j’entrevois ces critiques comme une espèce d’exutoire. Mais je les trouve trop rĂ©pĂ©titives dans le livre, Ă  tel point qu’on (en tout cas, moi !) finit par les interprĂ©ter comme un parti pris.

En tout cas, un excellent premier roman prometteur bien renseigné et bien écrit, agréable à lire. Si un peu de fantaisie pouvait agrémenter les prochains livres pour les rendre moins factuels, ils n’en seront que meilleurs, et cela atténuerait la force du côté obscur .

À découvrir ! vous l’avez deviné, ce roman noir ne vous laissera pas indifférent.

L’auteure :

 

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC.
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu…

Reader Comments

    1. Bonjour CĂ©line, merci de votre intĂ©rĂŞt. Oui, c’est ce qui rend le livre riche d’enseignement sur les rĂ©alitĂ©s vĂ©cues et ressenties et les rendent d’autant plus difficiles Ă  se reprĂ©senter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *