Chroniques régulières sur des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śDEUX GOUTTES D’EAU de Jacques Expert

Résumé

Ed Livre de poche
2016
385 p.
Elodie est retrouvĂ©e morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, massacrĂ©e Ă  coups de hache. Grâce Ă  la vidĂ©osurveillance de la ville, son petit ami, Antoine Deloye, vite identifiĂ© comme sortant de chez elle, l’arme du crime Ă  la main est immĂ©diatement placĂ© en garde Ă  vue. Mais Antoine nie les Ă©vidences. Il accuse son frère jumeau, Franck de l’avoir piĂ©gĂ©.
Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour ĂŞtre entendu, la ressemblance des deux frères est frappante, on dirait « deux gouttes d’eau » comme aimait Ă  plaisanter leur père au dĂ©but…
Robert Laforge, un homme rĂ©putĂ© pour sa compĂ©tence mais aussi son intransigeance et ses Ă©clats incontrĂ´lĂ©s, chargĂ© de l’enquĂŞte va devoir tirer au clair ce vĂ©ritable casse-tĂŞte. Lequel des deux jumeaux ment, lequel est le bourreau, lequel la victime ?

Mon avis

Encore un Jacques Expert, qui porte bien son patronyme en matière de suspense. Si on apprĂ©cie ce style d’Ă©criture efficace, fluide et dont le thème dĂ©range, on ne s’en lasse pas.

Dans ce livre sorti en livre de poche en 2016 (Ă  l’origine: Ă©ditions Sonatine), les personnages choisis heurtent les sensibilitĂ©s, et sidèrera tous les lecteurs qui se sont trouvĂ©s dans la mĂŞme situation. En effet, la ressemblance entre 2 frères ou 2 sĹ“urs peut induire une confusion, encore accrue et dĂ©stabilisante quand il s’agit de jumeaux.

Comme deux gouttes d’eau.

Mais ici, l’auteur s’est permis de mettre la barre haute avec des jumeaux homozygotes ! C’est-Ă -dire ceux que l’on qualifie « de vrais jumeaux »,  des frères ou sĹ“urs en tout point parfaitement similaires (mĂŞme physique, mĂŞme ADN). Deux gouttes d’eau. C’est en ces termes qu’en plaisantaient les parents d’Alex et Antoine durant la tendre enfance des chĂ©rubins. Puis, la gentille usurpation fraternelle, est devenue habituelle… Et le pire cauchemar d’un père et mère arrive: ils Ă©taient incapables de diffĂ©rencier leurs propres fils qui les manipulaient.

Haine ou amour

J. Expert est parti sur le postulat de 2 petits diables (pour minimiser la dangerosité des actes commis) qui s’amusent à échanger leur prénom. On se retrouve dans une situation rocambolesque et pathétique de psychopathes en puissance. Ils se dédouanent de leurs méfaits et turpitudes en s’accusant mutuellement.

De quoi y perdre son latin avec les manipulations psychologiques des deux frères. Elles instaurent une espèce de fracture manichĂ©enne oĂą l’un serait bon et l’autre mĂ©chant. C’est avec cette hypothèse que l’enquĂŞte m’a déçue. En effet, le subordonnĂ© de R. Laforge se fait embobiner (ou pas ?). BĂŞtement, celui-ci ne doute pas de ce qu’il voit, ou doute très peu face Ă  l’évidence frappante, trop frappante (?) qui s’impose Ă  lui. Contrairement Ă  son chef, plus sceptique.

Un bon thriller mais…

Jacques Expert a pensé à tout dans ce thriller dont la tension s’avère quand même moins puissante que dans 👉📖 « Le Jour de la mort » (cf. Chronique). Pour déstabiliser et tenir en haleine le lecteur, il n’a rien laissé au hasard ici. Il a imaginé une quasi improbable, mais crédible singularité génétique — je n’en dis pas plus — pour empêcher de confondre ces deux criminels potentiels. Pourtant, une science exacte comme celle des empreintes digitales a fait ses preuves en la matière. Cette idée de confondre des frères criminels, peut-être devenus serial killers, (en tout cas un) interpelle. Comment appréhender des rapports fraternels particuliers : les séparer, les souder ?

Le thème de tels « hĂ©ros » bien choisis est percutant et fournit une illustration surprenante sur le mystère de la gĂ©mellitĂ©. Il aurait pu ĂŞtre plus Ă©tayĂ©. J’ai bien aimĂ© aussi l’attitude curieuse des voisins de la jeune victime, tentĂ©s de la surveiller pour Ă©gayer leur propre quotidien. Cependant, la façon dont a Ă©tĂ© menĂ©e l’enquĂŞte menĂ©e m’a déçue avec un commissaire qui garde Ă  distance son Ă©quipe. Et la fin m’a laissĂ© sur ma faim, mais il en fallait une !