Des chroniques réguliÚres pour partager des livres, et faire connaßtre de nouveaux auteurs

💜💜💜💜💜LE LABYRINTHE DES FEMMES de Coline Gatel

RÉSUMÉ 

Ed. Préludes
05/05/2021
500 p.
Lyon, Aout 1898.
Sur les quais de Lyon, dans son bateau-morgue, l’éminent professeur Lacassagne reconstitue son Ă©quipe. Il poursuit ainsi sa mĂ©thode d’autopsie mise au point pour « faire parler » les morts et coopĂ©rer avec la police. Ainsi, ses acolytes Bernard Lecuyer et FĂ©licien Perrier sont rĂ©unis Ă  nouveau pour Ă©tudier le cadavre d’un nourrisson, mais aussi plus impressionnant, le charnier de plusieurs dĂ©pouilles de femmes. Une des difficultĂ©s de l’affaire tient Ă  l’extraction des victimes entassĂ©es au fond d’un souterrain secret sous l’église Saint-Bernard Ă  Croix-Rousse.
L’équipe va s’agrandir peu Ă  peu. Irina, leur amie journaliste va les rejoindre aprĂšs qu’elle a enquĂȘtĂ© sur les hĂŽpitaux psychiatriques. Alors grĂące Ă  la complicitĂ© de Lacassagne, elle se fait interner Ă  Vinatier mais elle ignore les sĂ©vices qu’elle va y subir Ă  cause de son apparence physique.
En apartĂ© de cette affaire en cours, un accident de vĂ©lo va survenir entre l’un des jeunes mĂ©decins avec Marie-Victoire, une institutrice de La GuillotiĂšre. Alors, FĂ©licien va  recueillir la convalescente chez lui dans sa villa de Montchat. Aussi, compte tenu des chaleurs intenables d’Ă©tĂ©, tout ce petit monde s’y installer Ă©galement. Ainsi, Irina, encore traumatisĂ©e par son sĂ©jour Ă  Vinatier, comme la jeune Marie-Victoire, elles vont s’impliquer Ă  leur maniĂšre dans cette enquĂȘte de femmes mortes aprĂšs d’innommables tortures. Quand vient s’en ajouter une toute nouvelle victime, le mystĂšre s’épaissit.

MON AVIS

AprĂšs le trĂšs bon LES SUPPLICIÉES DU RHÔNE, Coline Gatel s’est encore  dĂ©passĂ© avec  cet excellent ouvrage. Ici, l’auteure poursuit l’aventure romanesque des Ă©tudes d’Alexandre Lacassagne, mĂ©decin pionnier en matiĂšre de criminologie. Ensemble, avec ses deux jeunes disciples, ils collaborent avec la police. Ainsi, la trouvaille d’un amoncellement de cadavres de femmes, va confronter la petite Ă©quipe Ă  un forcenĂ© sadique et mettre en lumiĂšre des groupuscules secrets.

Alors, nos jeunes enquĂȘteurs vont devoir prouver une conception du tueur en sĂ©rie, trĂšs novatrice pour l’heure. Pour cela, leur crĂ©ativitĂ© va mettre Ă  leur service toute la technologie possible pour dĂ©cortiquer tous les nƓuds de cette affaire (photo, dessin, empreintes).

Sur un fond d’intrigue policiĂšre, ce roman mĂȘle des personnages imbriquĂ©s dans des vies personnelles parfois honteuses et souvent dissimulĂ©es. Chacun a son jardin secret bien gardĂ©. Mais en bonne intelligence, dans ce petit groupe nĂ© du hasard, des liens se tissent et effacent les dĂ©fiances du dĂ©but. Ainsi, l’osmose fructueuse entre ces jeunes gens performants et courageux procure une dynamique productive pour dĂ©masquer l’origine de crimes sordides et un mode opĂ©ratoire sophistiquĂ©.

Coline Gatel nous bluffe encore. Ses recherches sur l’ancienne topographie des lieux, de grands hommes et les techniques criminelles nous enfonce dans le ventre de Lyon. Ainsi l’intrigue captivante malmĂšne ses personnages dans un cadre social. Le rĂ©cit nous happe dans une enquĂȘte policiĂšre et psychologique, sans oublier l’aspect sociologique qui dĂ©nonce la coĂ»teuse et laborieuse quĂȘte de libertĂ© fĂ©minine.

LA SOCIÉTÉ DE L’AGGLO LYONNAISE DEBUT XXe  

Nous nous enfonçons dans les entrailles de Croix-Rousse et vers l’hĂŽtel-Dieu et Vinatier. Et aprĂšs avoir observĂ© le milieu social du quartier des canuts (dans le prĂ©cĂ©dent livre), le prĂ©sent ouvrage dĂ©peint des crimes commis dans une sociĂ©tĂ© plus conservatrice de la bourgeoisie offrant un tableau social oĂč la femme tend Ă  s’affirmer. Apparaissent alors des formations secrĂštes et occultes nĂ©es de la pression idĂ©ologique et sociĂ©tale. Certaines les accusent de sorcellerie, d’autres les protĂšgent. La sociĂ©tĂ© Ă©volue, et cela ne plait pas toujours.

En prime, elle dĂ©peint une jolie illustration de l’avĂšnement de la bicyclette dans la sociĂ©tĂ©, avec la rĂ©ticence des uns et l’engouement des autres.

LA MÉDECINE

FĂ©licien Perrier est le plus brillant de l’équipe, mais aussi le plus moderne. Accro aux drogues, et chargĂ© d’un passĂ© psychologique douloureux, il va expĂ©rimenter les dĂ©buts  de la science psychanalytique de Freud.  Pour les besoins du roman, celui-ci va traiter notre jeune mĂ©decin par le biais de l’hypnose, avant de partir pour d’autres horizons.

LES EXPERTS avant l’heure.

Le vif FĂ©licien Perrier, s’adonne aussi aux prĂ©mices du profilage avant l’heure, en se pĂ©nĂ©trant de la condition psychologique de l’auteur des crimes.

Par ailleurs, notre Ă©quipe de fins limiers entourant Lacassagne maĂźtrise la technologie usitĂ©e dans des domaines disparates, mais nĂ©cessaire pour l’enquĂȘte criminelle. Ainsi, la photographie  va contribuer Ă  faire avancer  l’enquĂȘte :  les clichĂ©s  immortaliseront la mise en scĂšne de crimes et pourront aider Ă  la reconnaissance des victimes. De mĂȘme, pour la datation d’un macchabĂ©e, la technique de l’étude de la dĂ©composition des chairs est Ă©galement expliquĂ©e.

DÉRIVÉS ET DÉVIANCES FÉMININES

Le personnage d’Irina particuliĂšrement riche d’intĂ©rĂȘt offre une palette d’originalitĂ©s. Dans ce volume-ci, son audace prend un degrĂ© autrement dramatique. DĂ©jĂ , sa tenue vestimentaire frĂŽle la marque d’une dĂ©rive. L’émancipation n’est pas non plus Ă  souhaiter chez des femmes recommandables. Alors quand elle s’éprennent de libertĂ©, s’affirment et visent de s’affranchir du mariage, la sociĂ©tĂ© les redoutent. Comment celle-ci va vaincre ce dĂ©sordre avec un Ă©quilibre si bouleversé ?

Sans divulgĂącher, l’immersion d’Irina au Vinatier la projette en enfer. Comme elle, le lecteur est immergĂ© chez les aliĂ©nistes destinĂ©s Ă  soigner les dĂ©viances sexuelles. Il fallait remĂ©dier, soigner ces graves maladies, chez les femmes surtout : l’onanisme et l’homosexualitĂ©. Attention, les thĂ©rapies de conversions existent encore !

Merci Ă  Netgalley et aux Ă©ditions PrĂ©ludes pour ce service de presse. Cet ouvrage cumule les bons prĂ©textes Ă  devoir le lire.  De quoi ĂȘtre transportĂ© dans le temps et la rĂ©gion lyonnaise pour se faire plaisir durant prĂšs de 500 pages (en brochĂ©).
#LeLabyrinthedesfemmes #NetGalleyFrance

LES PLUS

citations

La femme doit ĂȘtre le pilier central de la famille, et porter un regard affectueux sur tous, sans pour autant se mettre en avant, et placer son mari dans une situation difficile. Un large sourire accueillit sa rĂ©ponse.
— Toujours en retrait, mais toutefois prĂ©sente.
— Oui, c’est cela ! Ma mĂšre est ainsi. Elle gĂšre la maisonnĂ©e tout en demeurant discrĂšte.

Le Vinatier, hîpital psychiatrique par excellence  à lire sans y aller👉🧐  

👉🧐 Église Saint-Bernard à Lyon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *