Des chroniques réguliÚres pour partager des livres, et faire connaßtre de nouveaux auteurs

💜💜💜💜LE SILENCE DE LA VILLE BLANCHE d’Eva Garcia Saenz de Urturi

RÉSUMÉ

Editions Fleuve
10/09/2020
426 p. (ebook)
Vitoria. Espagne.
À la veille de la Saint-Jacques dans les monuments historiques de la ville, les cadavres de couples se succĂšdent. Le mode opĂ©ratoire adoptĂ© par le criminel ressemble Ă©trangement Ă  celui d’un serial killer Tazio, arrĂȘtĂ© dans la rĂ©gion une vingtaine d’annĂ©es auparavant pour des crimes similaires. Ses victimes mouraient le jour de leur anniversaire, un chiffre rond comme 5 ans, 10 ans… On retrouve une mise en scĂšne macabre des victimes nues qui ne se connaissaient pas bĂąillonnĂ©es avec du scotch et des abeilles dans la bouche dont les piqĂ»res les a asphyxiĂ©es.
Aujourd’hui la sortie de prison Tazio est imminente. Il a toujours clamĂ© son innocence alors que son propre frĂšre jumeau Ignacio commissaire Ă  l’Ă©poque l’avait fait arrĂȘter convaincu de sa culpabilitĂ©.
L’affaire des crimes d’aujourd’hui est confiĂ©e Ă  Unai dit « Kraken ». Celui-ci doit savoir si les deux affaires espacĂ©es de deux dĂ©cennies sont liĂ©es. Pour cela, il reprend la prĂ©cĂ©dente pour Ă©claircir plusieurs points obscurs. Comment le criminel Tazio enfermĂ© en prison peut-il agir aujourd’hui ? A-t-il eu des contacts avec des hackers ou des complices Ă  l’extĂ©rieur ? Quelqu’un aurait-il copiĂ© les crimes ? Les deux frĂšres Ă©taient-ils de mĂšche ou Ignacio a-t-il fait croire Ă  la culpabilitĂ© de Tazio pour se disculper ? Et pourquoi ces crimes ?
Mais le temps presse parce que le criminel poursuit son Ɠuvre en s’en prenant maintenant aux proches des enquĂȘteurs, Kasken et son Ă©quipiĂšre Esti. En plus, les disparitions inquiĂ©tantes de Tazio Ă  sa sortie de prison et d’Ignacio, vont peut-ĂȘtre modifier la trajectoire de l’enquĂȘte ? En quoi l’histoire des deux frĂšres est-elle la clé de cette Ă©nigme ?

 

MON AVIS

Le service de presse de ce thriller proposĂ© par le site Netgalley et les Ă©ditions Fleuve que je remercie m’a transportĂ©e dans la culture espagnole avec ce second livre de cette auteure espagnole.

Espagne – La fĂȘte de la Blouse – Vitoria

Le rĂ©cit se dĂ©roule en Espagne dont je connais peu la culture, us et coutume. Le livre m’a permis de dĂ©couvrir quelques coutumes, dont la fĂȘte folklorique trĂšs populaire de la ville de Vitoria : 🧐👉 la journĂ©e de la Blouse (source WikipĂ©dia) commencĂ©e dĂšs la fĂȘte de la Saint Jacques (25 juillet). C’est dans cette ambiance de liesse que se produisent des crimes sensationnels particuliĂšrement glauques.

Vitoria – Jour de la Blouse.

Au dĂ©but, j’ai Ă©tĂ© un peu noyĂ©e par l’utilisation des patronymes Ă  rallonge usitĂ©s en Espagne ; cela a freinĂ© ma lecture puis peu Ă  peu je me suis attachĂ©e uniquement aux prĂ©noms pour retenir les personnages. D’oĂč mon rĂ©sumĂ© avec les seuls prĂ©noms pour plus de commoditĂ©.

Ce roman policier dĂ©roule son intrigue dans un cadre de lieux historiques de Vitoria dans des monuments sacrĂ©s et religieux. Les descriptions de statues et des bas-reliefs sont dignes d’un bon guide touristique car on se les reprĂ©sente bien.

Une enquĂȘte Ă  long terme

MalgrĂ© la mise en scĂšne macabre des crimes d’une teneur particuliĂšre, le premier tiers du roman tarde Ă  faire dĂ©coller le rĂ©cit et le suspense. L’impression de se trainer est en plus renforcĂ©e avec cette attention nĂ©cessaire Ă  cause des patronymes. Ensuite, l’intrigue s’amplifie. L’appel Ă  des Ă©vocations d’Ă©sotĂ©risme, des sciences surnaturelles, mĂ©langĂ©es Ă  des notions biologiques ou chimiques tendent Ă  nous interroger. La psychologie est aussi prise en compte par Kraken, le profiler compĂ©tent, et fait Ă©clore beaucoup de rĂ©flexions sur les relations gĂ©mellaires. Puis avec les flashbacks des amours de Bianca dans les annĂ©es soixante-dix le lecteur dĂ©brouille avec patience l’affaire. Belle imagination de l’auteur trĂšs inspirĂ© sur le sujet des grossesses multiples.

Le suspense autour de la vie de Kraken tient en haleine le lecteur car les qualitĂ©s humaines et le passĂ© difficile du personnage le rendent sympathique et compĂ©tent. J’ai apprĂ©ciĂ© son incartade sentimentalo-sexuelle adultĂ©rine avec la commissaire. La romance pĂ©rilleuse paraĂźt comme une juste consolation pour Karken, sans « divulgĂącher » ces passages bien Ă©crits sans aucun prĂ©texte de remplissage se justifient pour le rĂ©cit.

426 pages en Ebook et 560 en brochĂ© vous procureront de nombreuses heures de lecture agrĂ©ables, dommage quand mĂȘme que le suspens mette du temps Ă  s’amorcer.
#Lesilencedelavilleblanche #NetGalleyFrance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *