Chroniques réguliÚres sur des livres, présentations de nouveaux auteurs

💜💜💜 MYGALE de Thierry Jonquet

RESUME : des tortures médicales et psychopathie

Le passé expliqué suggÚre une nouvelle dimension à une séquestration suivie de tortures médicales, voire expérimentales.

Poche
10/2012
160 Pages
Un chirurgien esthétique renommé et compétent a un comportement douteux voire sadique et pervers avec une femme dont on ignore le lien qui les unit.
Alex, un looser, vient de rater un braquage. Il a pris la fuite et se cache par l’intermĂ©diaire d’une connaissance dont il se sent Ă  la merci. Pour s’en affranchir, il lui vient une idĂ©e, se refaire un nouveau visage : en kidnappant celle qu’il croit la femme du chirurgien esthĂ©tique, il dĂ©tient une monnaie d’Ă©change.
En fond de trame de l’ouvrage, le rĂ©cit d’un homme, l’ami d’Alex narre son enlĂšvement puis sa sĂ©questration. Pendant cet enfermement, se tissent des liens malsains, ambigus entre le ravisseur et Alex. Puis, en corrĂ©lation, il dĂ©crit les sĂ©vices physiques et psychologies subis jusqu’Ă  sa perte d’identitĂ©.
A la fin, les chemins des quatre protagonistes se croisera au gré du hasard et aux derniÚres pages le lecteur comprendra cette imbrications de destins.

MON AVIS

Le « livre d’un weekend » de moins de 200 pages se lit vite, on ne le lĂąche pas. Cependant, son rĂ©cit d’une rare duretĂ© dans sa texture exclut toute notion de livre facile. Le fond et la trame oĂč tout se dĂ©noue Ă  la fin conforte cette idĂ©e. En effet, l’auteur tisse sa toile qui relie chaque protagoniste avec une fil, un fil d’horreur.

L’horreur, Ă  la limite du soutenable s’impose au lecteur Ă  la dĂ©couverte des personnages les uns aprĂšs les autres. On discerne leurs failles mais titille cette curiositĂ© de comprendre quel mĂ©canisme direct ou indirect les a tous liĂ©s entre eux.

Leur Ă©volution, leur histoire nous embarque au-delĂ  du supportable Ă  certains moments. Pourtant, malgrĂ© la rĂ©pulsion Ă©prouvĂ©e, le lecteur reste captivĂ© jusqu’Ă  l’issue. En dehors de tout manichĂ©isme, on se demande dans ces confinements oppressants quel personnage est le meilleur, et lequel devrait le mieux s’en sortir.

C’est pourquoi, l’auteur maintient un suspens jusqu’Ă  la derniĂšre page. Son scĂ©nario compliquĂ© mais tout Ă  fait cohĂ©rent et logique empĂȘche d’imaginer la clĂ© de l’intrigue. En effet, le stratagĂšme particuliĂšrement tarabiscotĂ©, mais bien ficelĂ©e par l’Ă©criture devient crĂ©dible quand il se rĂ©vĂšle au final.

Le roman ne laissera pas le lecteur insensible et indiffĂ©rent. 💉Les descriptions et explications en matiĂšre mĂ©dicales ou chirurgicales ne manquent pas d’intĂ©rĂȘt et de cynisme. Donc, avec inventivitĂ©, l’auteur ira jusqu’Ă  nous bouleverser de cruautĂ© dans la nature humaine. Âmes sensibles s’abstenir ! 💉

LE PLUS

Le livre a inspirĂ© Pedro Almodovar pour son film 👉 « La piel que habito » (allocinĂ©). Cela lui correspond tout Ă  fait Ă  ce metteur en scĂšne si familier des thĂšmes abordĂ©s ici par Thierry Jonquet.

 N’hĂ©sitez pas Ă  Ă©changer vos impressions. A bientĂŽt pour un nouvel article !

AnneC

Passionnée de lecture, je partage mon avis avec mes visiteurs.


Reader Comments

  1. Encore un, encore un que j'ai lu grĂące Ă  toi et je t'en remercie. Vraiment trĂšs intĂ©ressant. Un vrai tordu cet auteur, si tu veux mon avis lol, aussi tordu que le personnage. Le livre est assez court et donc se lit vite, mais il faut s'accrocher quand mĂȘme, j'ai trouvĂ© complexe, mais super sympa Ă  lire. Et en plus, ça aide pour les Ă©crits, que dire de plus, sauf: Merci Annec 😉 et bravo pour ton blog, tu t'en sors bien mieux que moi lol

Comments are closed.