Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’ś SOUS LES DECOMBRES de Mechild Borrmann

RESUME

Editions Le Masque
02/2019
280 pages
Casser des cailloux, chercher des vieux métaux, aller au marché noir. Le jeune Hanno Dietz, 14 ans, se bat pour survivre avec sa famille dans les ruines du Hambourg de l’après-guerre. L’Allemagne subit le terrible hiver 1946-1947, marqué par plusieurs mois de froid intense. Un jour, Hanno découvre dans les décombres le cadavre d’une femme nue et, non loin de là, un garçonnet d’environ trois ans. Le petit est recueilli par la famille Dietz qui le prénomme Joost. Des mois durant, l’enfant ne parle pas. Hanno ne dit rien non plus de sa macabre découverte. Mais l’image de la femme morte le hante.
Des années plus tard, Joost, devenu un architecte renommé, débarque dans l’Uckermark pour restaurer un domaine. Il y fait la connaissance d’Anna Meerbaum, dont la mère a passé sa jeunesse au domaine et refuse d’en parler, tout comme elle refuse d’évoquer leur fuite de la zone soviétique en 1946. Le hasard mettra Anna et Joost sur la piste d’un crime qui a marqué pour toujours l’histoire de leurs deux familles.

MON AVIS

Mes remerciements vont naturellement au site Netgalley et les Ă©ditions du Masque pour la dĂ©couverte de cet auteur passionnant dans ses rĂ©cits sur des trames historiques. Ici, un crime de l’après-guerre commis dans l’Allemagne de l’Est ressurgit en 1992 quand Anna Meerbaum fait des recherches sur sa famille. En parallèle des chapitres dĂ©diĂ©s Ă  l’avancĂ©e des recherches d’Anna, d’autres nous ramènent Ă  Hambourg ou Ă  Uckermark entre 1945 et 1947 et nous aident Ă  comprendre le mĂ©canisme qui s’est alors jouĂ©.

ROMAN HISTORIQUE

Une jolie fresque pour illustrer un pan de l’Histoire quant Ă  la mise en place de la politique du rideau de fer et sa suppression des dĂ©cennies plus tard. Une intrigue fondĂ©e sur des bases rĂ©elles, autour d’une famille dans la tourmente enrichit le suspens.

Les Anquist

Dans les annĂ©es 90, la veuve Clara Meerbaum, nĂ©e Anquist devenue âgĂ©e vit Ă  Cologne. Avant la guerre, les Anquist, des notables fortunĂ©s sont propriĂ©taires d’un grand domaine Ă  Uckermann, oĂą travaillent et vivent des employĂ©s. Or, Ă  la fin de la Seconde Guerre, l’Allemagne de l’Est passĂ©e sous l’égide des Russes et du rĂ©gime soviĂ©tique rĂ©duisait Ă  nĂ©ant toute garantie de possession privĂ©e. Alors le patriarche, Heinrich Anquist et sa fille Clara avaient eu les moyens de s’exiler en AmĂ©rique du Sud pour fuir le rĂ©gime. Après plusieurs annĂ©es Clara avait optĂ© pour Cologne et retour en Europe, pour l’avenir de sa fille Anna alors qu’elle Ă©tait encore enfant.

Les Dietz

A quelques kilomètres de là, à Hambourg, la famille Dietz se débrouille comme elle peut pour vivre. La mère, Agnès touche un salaire pour « casser des cailloux » et perçoit des subsides supplémentaires des travaux de couture. Elle élève seule ses deux enfants depuis que son mari a disparu depuis 1942. La pénurie de l’après-guerre fait rage et le marché noir constitue la base de l’approvisionnement quotidien.

Hanno, le dégourdi fils aîné fouille sans relâche dans les décombres en vue de dégoter quelque broutille à négocier contre nourriture et chauffage. Or, dans une grange abandonnée, Hanno trouve un petit garçon traumatisé aux côtés d’une femme presque nue. La scène laisse supposer un drame mais Hanno tait les circonstances de la découverte de l’enfant. La famille Dietz l’accueillera et le prénommeront « Joost ».

LA PERESTROIKA DANS LES ANNEES 90

Après la chute du Mur de Berlin, dans les années 90, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour ces deux familles.

Anna, la fille de Clara, alors adulte, animĂ©e d’une très forte curiositĂ© Ă  propos de ses racines familiales retrouve les traces du domaine dirigĂ©e par son grand-père avant la mainmise des russes. Sans comprendre l’opposition farouche de sa mère Ă  raviver des souvenirs, Anna s’entĂŞte Ă  connaĂ®tre les lieux malgrĂ© tout. Sur place, de nouvelles questions surgissent lors de sa rencontre avec Josef un ancien employĂ© de la famille. Elle y dĂ©couvre l’existence d’un oncle, d’une tante et de cousins qui seraient partis en AmĂ©rique avec sa mère et son grand-père… Or, sa mère et son grand-père ne les a jamais Ă©voquĂ©s.

Pour comprendre, Anna va se mettre en contact avec Joost, qui, devenu architecte est chargĂ© de la rĂ©habilitation du domaine des Anquist. Chacun s’enquiert d’une VĂ©ritĂ© qui les concerne plus ou moins directement.

UNE ENQUETE CONTEPORAINE

L’aide de Clara Ă©tant exclue, Anna va rechercher seule ses origines.

Finalement, des vies parallèles qui se recoupent et on s’attache à tous les personnages de cette époque troublée. Clara Anquist nous sidère de courage et de volonté face à la violences commises par les russes pour défendre sa famille. La débâcle financière ne l’a pas anéantie, au contraire, l’a propulsée en chef de famille responsable. Le récit des tragiques efforts des Anquist pour s’enfuir émeut le lecteur jusqu’à la dernière ligne.

Une belle illustration de l’Histoire mĂŞlĂ©e Ă  une intrigue digne d’un fait divers ahurissant avec beaucoup d’Ă©motions Ă  la clĂ©. Je dĂ©fie le lecteur de ne pas s’Ă©mouvoir devant les dĂ©couvertes de Joost et Anna.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, ou chez  Decitre ou à la Fnac.
Votre avis sur la chronique est le bienvenu en sĂ©lectionnant le nombre d’Ă©toiles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *