Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śđź’ś CE QUI NE TUE PAS de Rachel Abbott

RESUME

Belfond Noir
400 Pages
Mars 2019

Quatrième de couverture

RivalitĂ© fĂ©minine, faux-semblants, manipulation et vengeance mortelle… La reine du polar anglais revient en force avec un thriller aussi retors qu’addictif.
Cleo North sait qu’elle devrait se rĂ©jouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais Ĺ“il l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension Ă  se blesser « accidentellement » sans arrĂŞt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnĂ©rable, n’avait pas Ă©tĂ© dĂ©jĂ  assez Ă©prouvĂ© par le dĂ©cès de sa première Ă©pouse…
Un soir, un appel Ă  la police, deux corps retrouvĂ©s dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglantĂ©. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tournĂ© ?
Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? Ă€ travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du dĂ©funt Ă©mergent.
Pour l’agent Stephanie King commence l’enquĂŞte la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

MON AVIS

Remerciements au site Netgalley, et aux éditions Belfond pour la lecture de cette auteure que je découvre ici malgré déjà 6 livres à son actif. La profondeur de la psychologie de ses personnages assure à ce livre une intrigue addictive et captivante.

LE PORTAIT D’UNE MANIPULATRICE

Le personnage d’Evie capte notre attention du dĂ©but jusqu’à la fin. De sa stratĂ©gie sournoise pour avoir l’emprise sur Marcus North jusqu’Ă  l’agonie qu’elle lui a infligĂ©e, elle se raconte. Sans scrupule, Evie nous confie ses manigances de sĂ©duction outrancières pour le lecteur mais inaperçues par le candide Markus. Un foyer aimant. Pas remis de son veuvage avec la richissime Mia, ce photographe talentueux dĂ©prime dans sa magnifique demeure. Or, comme il doit accepter des contrats rĂ©munĂ©rateurs, Evie a inventĂ© une sĂ©rie de photo promise alors Ă  force de se frĂ©quenter, Marcus parvient Ă  reprendre confiance dans sa vie sentimentale. De son amour avec Evie, naitra Lulu leur petite fille.

Le suspens tient Ă  la motivation cachĂ©e d’Evie. On ne comprend qu’Ă  la fin son obstination Ă  sĂ©duire Markus. On perçoit une intention malveillante, mais on Ă©prouve une certaine compassion des sĂ©vices qu’elle a subis. Sans en comprendre la portĂ©e on se demande comment Evie supportait-elle toutes ces tortures ?

Est-ce que j’ai fait le bon choix ? Est-ce que je devrais le quitter, disparaître avec Lulu et le laisser vivre sa vie ?

Devant la scène finale de Markus, on se pose les mêmes questions que notre policière S. King et que son avocate.

Elle use de tous les subterfuges pour faire aboutir ses plans dont on ne parvient pas à décortiquer le but. Elle les maîtrise tous : mensonge, hypocrisie, dissimulation, manipulation.

FEMME BATTUE DEVENUE BOURREAU

Evie, dégage un pan courant du thème de la femme battue : soumise, elle demeure sujette ou objet d’un mari violent dont elle ne peut se défaire. Alors quand, à bout, elle s’en défend et le tue, c’est elle qui se retrouve derrière les barreaux.

Dans quelle mesure est-elle en situation de légitime défense ? A-t-elle prémédité son acte qui a entrainé un homicide ? Les doutes nous assaillent ou se dissipent quand on apprend qu’Evie fréquentait l’organisation caritative des femmes battues. Pourquoi ne s’y est-elle jamais confiée sur sa situation conjugale désastreuse ? Etait-ce un moyen pour bénéficier de la meilleure avocate dans le domaine des femmes battues ?

 Le désir de représailles ne constitue pas une défense recevable aux yeux de la loi et, contrairement à moi, ces femmes n’étaient pas épaulées par une avocate capable de comprendre qu’une victime puisse craquer et commettre un geste fou dans le feu de l’action et à qui le résultat du procès importe personnellement.

J’ai bien aimĂ© le dĂ©roulĂ© de l’inculpation et du procès. On pĂ©nètre dans la salle d’interrogatoire oĂą s’Ă©chafaude la stratĂ©gie de son avocate Hariet. Durant le procès, les tĂ©moignages, les questions des juges et avocats, Ă©clairent l’assistance comme les enquĂŞteurs dans des proportions crĂ©dibles pour Ă©viter un coup de théâtre exagĂ©rĂ©. Pas de disgressions inutiles : les dialogues des personnages et les descriptions sont bien dosĂ©s.

Le jury jugera.

Je relierai cette histoire avec d’autres (avec quelques nuances ) :

DES PERSONNAGES BIEN CAMPES

Les personnages restent imprĂ©gnĂ©s d’humanitĂ© car tempĂ©rĂ©s, sans aucun manichĂ©isme.

Markus, bien qu’absent, est au cĹ“ur du procès de la mère de sa fille. Il apparaĂ®t faible et accaparĂ© par son art, se laissant glissĂ© entre la volontĂ© d’Evie et les conseils financiers de ClĂ©o pour la galerie. On le voit plus ĂŞtre jouet des femmes qui l’entourent, alors si on l’imagine comme mari violent cette Ă©ventualitĂ© le pose alors en excellent menteur pervers.

Cleo, sœur aimante et d’une confiance inconditionnelle envers son frère Markus soupçonne depuis le début Evie. Mais inévitablement, les souvenirs de la mort de Mia la première femme richissime de Markus.

Sa mort Ă©tait attribuĂ©e Ă  une mauvaise chute provoquĂ©e par un lacet dĂ©fait. c’est la sĹ“ur de Mark qui l’a dĂ©couverte – ClĂ©o North. Rien ne nous a semblĂ© suspect Ă  l’époque et son mari Ă©tait apparemment dans un avion au moment de l’accident.

Aujourd’hui, Cleo s’interroge sur les rĂ©elles circonstances de la mort de Mia. Elle refuse de croire Markus le responsable. Depuis la mort de son frère, sa vie est dĂ©plorable de solitude oĂą son salut repose sur l’espoir d’obtenir la garde de Lulu si Evie est emprisonnĂ©e.

Les policiers, StĂ©phanie et Angus, rĂ©unis pour l’enquĂŞte font leur point sur la fin de leur couple et se disputent des thĂ©ories opposĂ©es. D’autre part, des questions effleurent la perspicacitĂ© de l’avocate qui les tait.

Comme eux, le lecteur s’interroge sur la sincérité d’Evie, la violence de Markus, car quelle seraient les motivations d’Evie en l’espèce ? Et comme on ne les perçoit pas, on se laisse convaincre de la violence de Markus.

LES QUESTIONS FINALES

Un vĂ©ritable très bon thriller : les questions du dĂ©but ne trouveront rĂ©ponse qu’à l’extrĂŞme fin. La tension nourrie par la perversitĂ© d’Evie nous captive. La relation entre Marcus et Cleo nous touche, mais elle est si forte qu’elle nous intrigue.

On ne peut lacher le roman sans connaitre l’issue finale. 400 pages qui se dévorent, mais très denses. Le rythme des derniers chapitres s’accélèrent et nous précipitent vers une fin vertigineuse.

Bonne lecture.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage chez votre libraire, chez DECITRE ou à la FNAC.
Votre avis sur la chronique ou le livre est le bienvenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *