Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’śđź’śđź’śđź’śđź’śAUTOPSIE D’UN DRAME de Sarah Vaughan

RÉSUMÉ

Prélude
10/03/2021
450 p.
Londres. Angleterre.
Janvier 2018.
La pédiatre, Liz, reçoit aux urgences de l’hôpital, Betsey Curtis, un bébé de quelques mois pour un traumatisme crânien. Mais, le protocole et sa hiérarchie lui imposent de prendre le recul nécessaire  au prétexte de sa proximité affective avec Jess, la maman de l’enfant. Cependant, avant de se dessaisir de cette jeune patiente au profit de ses collègues, Liz alerte les services sociaux. Vu la gravité des dommages et le comportement anormal de Jess, il devront comprendre ce qui s’est passé.
Ainsi, moralement tiraillée entre sa conscience professionnelle et son amitié avec Jess, Liz s’interroge à propos de celle qu’elle a toujours considérée comme une mère exemplaire et femme au foyer accomplie. Leur rencontre date de leurs cours d’accouchement lors de leur première grossesse. Et dès lors, perdure leur petit groupe ainsi constitué avec Mel, Charlotte, et tous leurs maris respectifs. Pourtant, le remarquable sens pragmatique et organisationnel de Jess a souvent fait douter Liz de ses propres qualités maternelles, mais sa passivité observée devant l’état de santé de Betsey la déstabilisent aujourd’hui.
Comment une mère si parfaite a-t-elle pu changer au point de maltraiter sa fille ? Que s’est-il passé avec l’enfant ? Beaucoup de questions taraudent Liz forcée d’abandonner la famille Curtis à l’enquête intrusive des services sociaux. En parallèle, la décrépitude préoccupante de sa propre mère va lui apporter un éclairage nouveau, notamment sur leur relation tendue.

MON AVIS

Service de presse : un grand merci à Netgalley.com et les éditions Préludes.

Ce thriller domestique addictif dĂ©cortique le cheminement d’un drame familial, comme le prĂ©cise le titre  « autopsie ». DĂ©pourvu d’ambiance morbide malgrĂ© l’état critique de l’enfant, une grande part de psychologique l’alimente.

Le fait préétabli du départ, un bébé violenté, fait craindre un ennui de lecture à venir parce que l’affaire parait préalablement bouclée et, pourtant… les réflexions des personnages divergent, et des flashs sur cette journée fatidique instruisent le lecteur pour aboutir à des rebondissements inattendus !

Le récit aborde beaucoup de thèmes, à commencer celui de la famille dans sa globalité (maternité, paternité, couple, divorce, enfants, relation mère-fille, les méthodes éducatives, le rôle des parents, la place du père). On y décèle aussi : Le rôle de la femme dans la société, le monde médical, les addictions, la résilience, le Tdah -ou hyperactivité-.

Comme dans son prĂ©cĂ©dent ouvrage, l’auteure S. Vaughan 👉📖 Anatomie d’un scandale sait insinuer le doute dans des circonstances tout Ă  fait plausibles autour de personnages tout Ă  fait crĂ©dibles. En maitrisant Ă  merveille le risque des situations ambiguĂ«s, elle entraine le lecteur dans un jeu de tergiversations psychologiques à propos d’attitudes ou comportements suspects pour Ă©liminer toute certitude, puis assĂ©ner une vĂ©ritĂ© finale. Elle s’applique Ă  maintenir un suspense, car comme dans la rĂ©alitĂ©,  ici, rien n’est noir ou blanc.

Mon premier coup de cœur de l’année ! Ne manquez surtout pas ce roman quand il sortira en mars.

Pour aller plus loin

Du Baby blues à la dépression post-partum

Le cadre du rĂ©cit part de l’hypothèse d’une famille contemporaine de trois enfants de catĂ©gorie sociale sup intime de celle d’une pĂ©diatre Ă  l’hĂ´pital et d’un prof. Mais un accident domestique presque banal (quel bambin n’est jamais tombĂ© ?) va bouleverser l’Ă©quilibre familial et amical quand va s’immiscer la Loi, l’autoritĂ© administrative.

On assiste Ă  une descente aux enfers d’un père sidĂ©rĂ© par la dĂ©couverte d’une Ă©pouse dĂ©bordĂ©e par la naissance d’un dernier-nĂ© difficile et l’indocilitĂ© des ainĂ©s. En l’occurrence, les pleurs incessants de Betsey, la petite sĹ“ur de Kit et Francky mettent les nerfs de Jess Ă  rude Ă©preuve. Cette maternitĂ© qu’elle apprĂ©hendait dĂ©jĂ  avec l’agitation incontrĂ´lable de Francky, a fini par anĂ©antir sa confiance. Ă€ travers Jess, l’auteure illustre Ă  merveille le processus de la perte de confiance d’une maman dĂ©concertĂ©e face Ă  son insupportable petite dernière. Vue de l’extĂ©rieur, son expĂ©rience exclut cette perte de contrĂ´le, et la confine encore dans sa solitude et la contraint Ă  se tourner vers le Net.

Épuisée par son impuissance à calmer le bébé, Jess combat ses mauvaises pensées. La conscience d’idées de violences contre sa fille la bouleverse. Et personne n’a deviné sa détresse psychologique.

UNE ENFANT MEURTRIE

L’auteur a effectué une prouesse un partant d’un fait établi  : La maltraitance évidente sur bébé. Mais Liz, morfondue de culpabilité à cause de sa dénonciation reste sceptique quant à la responsabilité de Jess. Pour la comprendre, elle va analyser leurs rencontres au gré de sa narration des derniers mois, pour y déceler des signes latents de violences.

Et ainsi, en filigrane, la perspicacitĂ© et la psychologie de Liz vont dĂ©mĂŞler l’inimaginable film de la tragĂ©die. Car, le constat dramatique d’une chute cache un imbroglio de fils conducteurs. L’hĂ©roĂŻne attachante reprĂ©sente la noblesse de l’humilitĂ© et de l’humanitĂ©.

DESPERATE HOUSEWIFE (femme au foyer désespérée)

Ainsi, les scènes passĂ©es ou prĂ©sentes des tableaux sur les familles amies dĂ©cortiquent l’état d’esprit de Jess, et qui pourrait justifier un geste malheureux… Pour les adeptes de cette sĂ©rie culte du mĂŞme nom 👉📺 Desperate housewife, ils retrouveront une bande de copines avec leurs dĂ©fauts et bienveillance, mĂŞme si ici, la plupart travaillent. Leur amitiĂ© entretenue depuis la prĂ©paration de leur premier accouchement, ces femmes partagent activitĂ©s et confidences avec un caractère propre. Et lĂ , Jess s’apparente Ă  la Bree Van de Kemp de la sĂ©rie, mère de famille toujours impeccable, oĂą rien ne dĂ©passe, « insubmersible » et perfectionniste.

Sans divulgâcher, le calme relatif au sein de ce groupe d’amis va nous captiver jusqu’à la fin, mĂŞme si Liz et Jess en sont les hĂ©roĂŻnes. Le rythme dynamique d’une Ă©criture fluide provient aussi de l’alternance du rĂ©cit de Liz Ă  la première personne et des chapitres Ă  la narration omnisciente de Jess ou son mari Ed, ou encore Janet…

Ă€ lire absolument !

 #Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

Citations

La mĂ©decine ne relève pas seulement de la science, mais aussi de l’art : un art dans lequel le discernement et l’intuition jouent un rĂ´le dĂ©terminant dans le processus de dĂ©cision point alors je connais Jess depuis dix ans. J’ai forcĂ©ment une petite idĂ©e sur la question de la sĂ©curitĂ© de l’enfant non ?
Il existe diffĂ©rents types d’Ă©ducations destructrices. On aurait pu dire des miens [parents] qu’ils Ă©taient gentiment nĂ©gligents. Ils ne s’occupaient pas beaucoup de nous, ils nous considĂ©raient comme un dĂ©rangement. Mon père nous frappait rarement, nĂ©anmoins ça restait une possibilitĂ© si nous franchissions une limite. C’Ă©tait la pratique, vous l’avez dit.
Pourquoi donc nos peurs s’exacerbent-elles au cœur de la nuit, pourquoi nos angoisses les plus enracinées choisissaient-elles ces heures silencieuses pour remonter de notre subconscient ?

Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *