Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

💜💜💜💜💜 CHICAGO REQUIEM de Carine Foulon

RESUME

auto-édition
Parution : 03/2018
390 Pages
Chicago dans les années 20. Les cousins Henderson, riches d’un bel héritage assorti d’une réussite professionnelle évoluent dans la haute société de Chicago. Tous se fréquentent aujourd’hui. William à la tête des affaires familiales, est marié à Suzie, une actrice au succès minime par rapport au bellâtre Edward Miller, son ex-petit ami.  Lui, coule un mariage heureux avec Eileen, la cousine de William. Durant son enfance, la condition d’orpheline a valu à Rose de subir les supplices et les mesquineries imposés par William et sa sœur Meredith. Rejetée et moquée, ses seuls alliés à l’époque, se trouvaient en Richard et Clarence, ses autres cousins. Aujourd’hui, Richard est avocat et marié à Rose. Aujourd’hui, en 1923, Meredith est exclue de leur société. Elle purge sa peine de prison après une dénonciation de sa belle-sœur Suzie, victime de ses manigances perverses.
Se sachant détestée par les siens, Meredith murit son plan de vengeance. A sa sortie de prison Atlanta, elle gére les affaires sulfureuses de son mari à Atlanta. De là, avec ses hommes de mains, elle surveille son frère à Chicago. Et de son côté, avec ses hommes de confiance, William pense neutraliser la nuisance de Meredith. Or, l’un d’eux, dans son zèle, lui révèle en bonus, l’infidélité de son épouse Suzie avec Richard, son cousin.
Soucieux de ses enfants, des apparences et encore amoureux, William se résigne et refuse la séparation. Les choses en resteraient là si quelques jours plus tard, Richard n’était pas assassiné sauvagement. William, apparaît vite en cocu suspect. Pourtant, l’harmonie dans son couple revient. D’ailleurs, son statut de directeur de théâtre lui permet d’offrir à son épouse le rôle sa vie au côté d’Edward. Mais un coup de théâtre survient : le soir de la « première » de la pièce, Suzie est assassinée. Les soupçons pèsent sur William pour ces deux crimes.
William accablé, devine l’intervention cachée sa sœur derrière ces crimes. Il sait que le mécanisme de la vengeance est enclenché et que lui seul peut influer sur l’ignominie de Meredith. Il va devoir composer avec la mafia pour s’en défendre.

AVIS

Remerciements à l’auteur pour ce service de presse. Un livre auto-édité qui mériterait une plus large promotion.

Intrigue dans un cadre historique

Le titre explicite donne le ton. Pourtant, l’ambiance suggérée dans le prologue présageait une histoire vaudevillesque sans trouble particulier, à part des adultères inattendus. Mais, vite les premiers chapitres du début introduisent l’impitoyable Meredith, et corrigent vite la méprise. En effet, ses forfaits, ses manigances avec le monde de gangsters, des armes et de l’argent malhonnête tranchent avec la quiétude du prologue. Un beau panache : Histoire, histoire, suspens et émotion sont réunis.

Les corruptibles

Bienvenue à Chicago. Les gardes du corps ou tueurs à gages semblent tirer à tous les coins de rue. « La fin justifie les moyens », dit-on.  Meredith Cartridge, la plus féroce des Henderson en a bien compris les règles du jeu. A côté d’elle, son allié Al Capone apparaît comme un enfant de cœur, si bien que sa cruauté contraste encore plus avec la générosité et la couardise de William.

La corruption et la contrebande parasitent tous les milieux, à tous les niveaux, que l’on soit homme ou femme. Ici, comble d’immoralité, même le directeur de l’hôpital en profite… On ne s’en sort pas indemne sans tricher, et William l’a compris à ses dépens. Il apprivoise les codes d’honneur de la mafia qui jouxtent les exécutions de la pègre dénuée de sens moral. L’auteur insiste sur la nuance entre ces deux criminalités. Je vous laisse observer l’ignominie réservée aux enfants et jeunes filles, aux immigrés venus du Mexique. L’impuissance flagrante de la police.

Une saga familiale

Pour faire court 😍 : Eileen est mariée à Edward. Lui-même est l’ex-fiancé Suzie qui, résignée, a épousé William, un bon parti. Rose est enceinte de son mari Richard qui la trompe avec Suzie. Son frère Clarence lui quelqu’un tous les deux détestent William. Si vous êtes perdus, c’est normal dans ce méli-mélo de couples : on l’est un peu au début. Mais, vite, l’histoire sentimentale et familiale de chaque personnage est amené avec finesse un par un au fil de l’histoire pour faciliter la compréhension du lecteur.

Tout y est pour drame familial : L’amour, l’argent, des disputes, des infidélités, des rancœurs. Ces thèmes universels, et intemporels se retrouvent dans toutes les sociétés.

Le récit part d’un simple adultère. Sa révélation abasourdit le mari. Comme l’épouse de l’amant enceinte et philosophe se résigne, rien ne se passe. Mais quand survient l’assassinat des amants, la dimension dramatique s’accroît. Un suspens effroyable se développe pour sauver la famille d’une hécatombe où les cibles sont nombreuses et de tous âges. les dangers de la vengeance fusent !

Une perversion abominable

🤠 Les amateurs de la saga désuète Dallas (veuillez m’excusez de la référence d’un feuilleton culte et kitch des 80’s) reconnaîtront en Meredith le personnage de J.R. William, comme Bobby le frère de J.R.,  symbolise un peu le gentil frère affable, rongé de remords d’exécuter les plans infâmes. Le personnage de William, est complexe. Cet anti-héros droit et vrai apprécie sa vie avec simplicité, sans questionnement. A cette platitude, l’auteur insuffle au fil des pages un beau relief à son caractère.

Difficile de  qualifier Meredith. Cette redoutable et impitoyable femme agit sans scrupule et sans humanité avec ses proches. La vie l’a gâtée et pourtant la haine et la jalousie l’habitent. Elle n’a de cesse d’évoluer dans un monde sordide et immoral, jusqu’à se marier par intérêt avec dédain et sans amour. Elle se délecte dans les tripots et les maisons closes, où le sexe et la débauche réservent un place de roi à l’argent.

Rien n’arrête Meredith. Elle incarne la méchanceté à l’état pur. Elle n’hésite pas à faire payer à son frère le châtiment de sa propre perfidie. Sa psychologie perverse dépasse l’imaginable.

Un roman historique, dont le suspens retiendra le lecteur jusqu’à la fin qui ne verra pas les 400 pages filer… BELLE LECTURE !

Votre avis sur la chronique est le bienvenu… Notez-là avec les étoiles en bas de la page ! 
Vous pouvez vous procurer l’ouvrage ICI
Noter le livre :
Noter la chronique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *