Chroniques réguliÚres sur des livres, présentations de nouveaux auteurs

💜💜💜💜LA FILLE DANS LE BROUILLARD de Donato Carrisi

RESUME : Manipulation médiatique 

Pour confondre un coupable, la fabrique des preuves et une manipulation médiatique poussent aux aveux.

livre de poche
2017
La procureure a requis le psychiatre du village d’Avechot pour dĂ©nouer la confusion mentale du commandant Vogel. Ce dernier a Ă©tĂ© conduit au commissariat aprĂšs un accident de voiture sur les routes de campagne. Son accoutrement ensanglantĂ© laisse supposer des victimes. Le psychiatre doit le faire parler pour comprendre.
Or, l’entretien de Vogel fait resurgir sa frustration Ă  propos d’une affaire non rĂ©solue. En effet, Anna Lou Kastner 17 ans, a disparu quelques mois auparavant. L’ainĂ©e de la fratrie, Ă©levĂ©e dans la mouvance puritaine du village, s’est Ă©vaporĂ©e deux jours avant NoĂ«l tandis qu’elle se rendait Ă  la messe. L’éventualitĂ© d’une fugue va vite laisser place la certitude d’un enlĂšvement
 La vie de l’ado va ĂȘtre alors dĂ©cortiquĂ©e, son journal intime lu et ses frĂ©quentations interrogĂ©es. Puis, des images prises Ă  son insu montrent qu’on la surveillait. Alors bientĂŽt les indices convergent vers Loris Martini, professeur de lettres du lycĂ©e. Son implication ne fait pas beaucoup de doute, pourtant lui et Lou ne se connaissaient pas plus que ça.
Vogel accoutumĂ© Ă  mener son enquĂȘte en  cavalier seul, impose ses mĂ©thodes particuliĂšres Ă  son assistant Borghi. En effet, dĂšs la culpabilitĂ© pressentie par Vogel, celui-ci organise une pression mĂ©diatique autour des suspects. Il fabrique mĂȘme des preuves si nĂ©cessaire. Malheureusement, il a connu un cuisant et humiliant Ă©chec public avec une prĂ©cĂ©dente affaire s’était soldĂ©e.
Alors dans l’affaire de Lou Anna, toutes les preuves rĂ©unies avec un petit coup de pouce vont conduire le principal suspect, Martini en dĂ©tention.
Mais un appel de Béatrice Leman, une ancienne journaliste va éclairer Vogel. En effet, un serial killer aurait agi trente ans auparavant. Son mode opératoire serait similaire à celui de Martini
 quand celui-ci était enfant !
Pourquoi Vogel est-il perturbĂ© aujourd’hui dans le bureau de la procureure ? qu’a-t-il Ă  rĂ©vĂ©ler ? Son sixiĂšme sens l’a-t-il encore induit en erreur ?

MON AVIS

Lire D. Carrisi me titillait. Lisez bien l’annexe, avec une interview l’auteur trĂšs intĂ©ressante.

Sa bio (source wkipedia) :

Donato Carrisi est l’auteur d’une thĂšse sur Luigi Chiatti, un tueur en sĂ©rie italien. Juriste de formation, spĂ©cialisĂ© en criminologie et sciences du comportement, il dĂ©laisse la pratique du Droit en 1999 pour se tourner vers l’écriture de scĂ©narios. Bien qu’il rĂ©side Ă  Rome, il est aussi un collaborateur rĂ©gulier du quotidien milanais Corriere della Sera.

Le Chuchoteur, son premier roman policier oĂč apparaĂźt l’experte dans les affaires d’enlĂšvement Mila Vasquez, vendu Ă  plus de 200 000 exemplaires en Italie et traduit en France, est Ă©ditĂ© dans douze pays et remporte quatre prix littĂ©raires.

Quelques récompenses viennent souligner le talent de Donato Carrisi : le prix Camaiore, le prix Il Belgioso, le prix Bancarella et enfin le prix Mediterraneo del Giallo y del Noir.
Donato Carrisi est Ă©galement dramaturge.

Avec ce livre, il passe en 2017 Ă  la rĂ©alisation avec son premier film, La Fille dans le brouillard (La ragazza nella nebbia), une adaptation d’un de ses romans, qui lui vaut de remporter le prix du meilleur rĂ©alisateur dĂ©butant lors de la 63e cĂ©rĂ©monie des David di Donatello.

J’ai beaucoup aimĂ© :

La trame excellente nous captive
 et avec quelle mise en scĂšne ! Avec une fin insoupçonnable, le dĂ©nouement dĂ©terre un sadisme froid et conscient ! Ainsi, on Ă©lucubre maintes suppositions. La fugue Ă©volue en kidnapping puis en meurtre. Cependant, la pudeur de l’auteur gomme l’idĂ©e de violence sanguinaire tout en entretenant un lourd suspense. Enfin, la conclusion enchaine les dĂ©couvertes successives Ă  une vitesse fulgurante pour casser le rythme gĂ©nĂ©ral un peu stagnant du roman.

Le charme d’une bourgade renfermĂ©e sur elle-mĂȘme prĂ©sente une communautĂ© Ă  tendance endogamique, sclĂ©rosĂ©e dans une foi intĂ©griste. Ici, est illustrĂ©e cette rĂ©alitĂ© : L’homme est un loup pour l’homme. Cette Ă©laboration de perversion calculĂ©e sidĂšre le lecteur. Alors, cette histoire situĂ©e dans une contrĂ©e retirĂ©e vivant le joug d’un puritanisme excessif me fait penser au conte du Petit Chaperon rouge. Ici, une jeune fille respectable, crĂ©dule et animĂ©e de bonnes intentions va rencontrer sur son chemin un individu malveillant. Et le jeu d’apparences trompeuses de part et d’autres va nous bluffer.

PSYCHOLOGIE

Une belle Ă©tude psychologique des personnages contribue Ă  un ferment de rĂ©flexions. Ainsi, les protagonistes principaux, Vogel et Martini, nous offrent un duel indirect. Chacun sait user des mĂ©dias comme arbitrage. En effet, Vogel est aguerri Ă  cette pratique de l’influence mĂ©diatique. D’ailleurs, l’originalitĂ© ici tient Ă  son rĂŽle de flic. Il s’arroge le droit d’arranger les preuves pour une plus juste punition. Mais Martini, le suspect, va s’y exercer aussi, sur le conseil de son avocat. Ce dernier est rompu Ă  son retentissement dans les affaires criminelles. Alors, devant toutes ces manipulations, le lecteur tente de deviner le vrai… et quand il croit  la dĂ©tenir, une autre vĂ©ritĂ© incroyable survient, et celle-ci en dĂ©voile d’autres, toutes insoupçonnables ! Le roman n’en est que plus palpitant.

Beaucoup de thĂšmes

Les rapports entre mĂ©dia − police − opinion publique. Les vices de procĂ©dures anĂ©antissent l’enquĂȘte. L’adolescence et la prise en considĂ©ration de la diffĂ©rence d’autrui (ex : les troubles autistiques du camarade d’Anna Lou). Le serial killer qui parvient Ă  contenir ou non ses pulsions. La violence du monde carcĂ©ral rĂ©serve des supplices aux pĂ©dophiles.

J’ai aimĂ© mais se lit trop vite !

Retrouver une autre chronique d’un livre du mĂȘme auteur : La maison sans souvenirs.

Citations :


 Le mal est le vĂ©ritable moteur de tout rĂ©cit. un roman, un film ou un jeu vidĂ©o ou tout va bien n’intĂ©resse personne
 Rappelez-vous : c’est le mĂ©chant qui fait l’histoire.
La vĂ©ritĂ© est que nous n’avons pas le temps de nous demander si nos enfants sont heureux, parce qu’il y a plus important Ă  faire : nous demander si nous sommes heureux, nous, pour eux, et nous assurer que nos erreurs ne leur tombent pas dessus.

Reader Comments

  1. Une bien jolie chronique qui donne envie de dĂ©couvrir ce livre ! j’aime bien aussi quand ça touche Ă  la psychologie des personnages 🙂
    Merci pour la découverte, bonne fin de journée.

Comments are closed.