Des chroniques régulières pour partager des livres, et faire connaître de nouveaux auteurs

đź’šđź’šđź’šđź’šđź’šLE GRAND VOYAGE DE LA MARIE-AMELIE d’Olivier Cojan

RESUME

Pocket
7/01/2021
400 p.
1740. Saint-Nazaire. Guinée. Saint-Domingue
Simon Levrault envisage d’Ă©purer ses dettes avec un travail lucratif de chirurgien Ă  bord de la Marie-AmĂ©lie. Bien que profane dans la traite nĂ©grière et la navigation, il s’engage sur ce bateau nĂ©grier au dĂ©part de Saint-Nazaire. LĂ , en plus de la surveillance sanitaire de l’équipage, il est responsable d’un nĂ©goce rentable d’esclave Ă  partir de son estimation de la marchandise de Nègres. Ainsi, après une escale aux Canaries et un mal de mer violent, Simon  s’attelera Ă  la tâche en GuinĂ©e.
Ă€ l’arrivĂ©e, le navire nĂ©cessite un amĂ©nagement pour remplacer la cargaison de poudre et d’eau-de-vie contre l’entassement d’esclaves. Pendant ce temps, le capitaine prĂ©sente Simon aux notables locaux, ces Français qui rĂ©gentent l’omniprĂ©sence et le rayonnement de la force royale de Louis XV. Durant cette pause Ă  terre, Simon observe. Ă€ sa grande surprise, les Noirs, ĂŞtres animĂ©s de mĹ“urs et coutumes confirmeraient presque les propos subversifs du père Chabrier. Et malgrĂ© son humanitĂ© Ă©veillĂ©e, Simon met en pratique sa compĂ©tence nĂ©grière de la sĂ©lection consciencieuse des Nègres, NĂ©gresses et NĂ©grillons Ă  leur vente aux enchères. Or, au milieu du lot, la prestance de MaĂĽra le fascine.
Alors, après des dysenteries, des vers de GuinĂ©e, des pertes de marins et de Noirs, des conditions de vie adoucies entrainant une rĂ©volte, le voyage s’achemine enfin aux Antilles. Mais la vente de la cargaison d’esclaves Ă  Saint-Domingue va bouleverser le destin de Simon quand M. Kerouaz enchĂ©rit pour acquĂ©rir MaĂĽra…

MON AVIS Mon coup de cœur du mois !

Un pan peu glorieux de l’Histoire complète nos souvenirs scolaires parfois limitĂ©s au « commerce triangulaire ». Ici, de nombreux dĂ©tails enrichiront notre culture de films, livres ou biographies relative Ă  la rĂ©alitĂ© douloureuse d’une exploitation outrancière de l’homme : l’esclavage. L’écriture remarquable dans un vocabulaire soutenu et très agrĂ©able resitue le contexte Ă©conomique et social de l’époque. Toutes les Ă©tapes subies par des sujets vouĂ©s Ă  devenir esclaves sont distillĂ©es au fil du rĂ©cit, et l’examen de conscience du narrateur attĂ©nuent la dĂ©shumanisation ambiante. Cet aspect romanesque procure ainsi l’originalitĂ© du « grand voyage » aux Antilles. L’aventure de Simon au caractère peu affirmĂ© en apparence, va nous transporter. En effet, il va rĂ©vĂ©ler une volontĂ© effrontĂ©e. Cette illustration romanesque autour d’un fait historique nous Ă©claire sur une sociĂ©tĂ© basĂ©e sur un rapport de force humain. On comprend le chemin Ă©pineux de la conscience collective Ă  rĂ©viser sa politique nĂ©grière.

Aussi, le schĂ©ma du trafic nĂ©grier est dĂ©crit au fil des pages. Le rĂ©alisme s’articule autour d’un Ă©ventail de personnages des diffĂ©rentes strates sociales selon l’espace gĂ©ographie donnĂ©. Sans se prĂ©tendre ĂŞtre un manifeste pour l’abolitionnisme, cette fresque historique dĂ©veloppe les pensĂ©es racistes de l’Ă©poque basĂ©e sur l’idĂ©e hypocrite d’une supĂ©rioritĂ© de la race blanche. Ainsi, l’expĂ©rience de Simon a Ă©branlĂ© ses quelques convictions et se morfond alors de sa participation Ă  une barbarie mondiale.

Il illustre bien le Français moyen indifférent à l’esclavage pratiqué dans des territoires si lointains, et à la provenance de produits alimentaires quand il peut s’en procurer. Pour son enjeu économique, les politiques ont encouragé ce trafic de Nègres géré par quelques affairistes peu scrupuleux. Il a en plus développé certaines villes côtières françaises.

Le narrateur, candide, mais intelligent et romanesque partage son analyse à travers son expérience. Exclure les Noirs du genre humain, en les considérant dépourvus d’intelligence, de sentiments, ou de ressentis, permet de rendre très acceptable ce commerce. Dans le même temps, le rayonnement de l’Europe s’appuie sur la position ambiguë de l’Église — le personnage du père Chabrier est instructif —.

UN GRAND VOYAGE 

Nous partons dans un brigantin de l’estuaire de Nantes, pour La GuinĂ©e et ensuite les Antilles. Alors, on voit avec quelle ingĂ©nieuse modification du navire, celui-ci s’adapte aux diffĂ©rentes contraintes des cargaisons. Mais l’espace confinĂ© et turpitudes mĂ©tĂ©orologiques soumettent les hommes Ă  une hygiène douteuse marquĂ©e d’une ambiance malodorante.

Difficile Ă  supporter pour l’Ă©quipage, c’est pire pour les esclaves et on comprend les risques de rĂ©volte. Les stratagèmes pour rendre la marchandise d’esclaves attrayante sont bien huilĂ©s : ils sont « prĂ©parĂ©s » psychologiquement et physiquement avant de dĂ©barquer.

LE COMMERCE TRIANGULAIRE

Le trafic s’organisĂ© autour d’un troc entre trois continents. Armes et alcools s’Ă©changent contre esclaves, revendus contre du sucre et autres fruits exotiques.

Le marchĂ© aux esclaves, comme pour une foire aux bestiaux, Ă©valuation et sĂ©lection mais il s’agit ici d’hommes, femmes, et enfants selon des barèmes de quotas Ă©tablis.

Personnellement malgrĂ© beaucoup de lectures sur le sujet, j’ignorais ou avais oubliĂ© comment certains hommes se retrouvaient vendus et rĂ©duits Ă  l’esclavage. LĂ  encore, la soif de pouvoir et de possession quel que soit le système sociĂ©tal montre sa cruautĂ©. Contre armes et alcools, les chefs des tribus africaines ennemies vendaient leurs captifs aux EuropĂ©ens, et ces futurs esclaves ignoraient la perspective infernale qui leur Ă©tait rĂ©servĂ©e.

L’ÉVOLUTION DES MENTALITÉS 

La conscience de Simon chamboulĂ©e au fil des pages. On imagine la morale collective Ă  propos d’une race inconnue car lointaine. La condition de l’homme noir, refoulĂ© Ă  la limite celle de l’animal est abolie mais tolĂ©rĂ©e dans le contexte du livre. La crĂ©dulitĂ© d’une population manipulĂ©e explique ce mĂ©pris et mĂ©fiance pour cette «marchandise».

L’Ă©clairage du Père Chabrier ouvrira la conscience de Simon malgrĂ© son sceptique de prime abord sur le discours subversif. Et peu Ă  peu, au contact de ses protĂ©gĂ©s sur le navires, et sa rencontre avec MaĂĽza, une nouvelle Ă©vidence va devenir une Ă©preuve pour lui !

Mes remerciements au site Babelio.com (opération Masse Critique) pour cette offre de service de presse. Je recommanderai à tous ce roman historique.

Mon coup de cœur du mois !

CITATIONS

p. 97 : Nous avons beaucoup à apprendre des peuples à la peau sombre, me fit encore remarqué le père Chabrier,. mais nous ne voulons rien savoir de ces gens, seulement en faire des esclaves en niant leur capacité à se servir de leur raison et en usant de la ruse ou de la violence pour les soumettre à notre volonté.
Page 134 : […] en ce qui me concerne l’Ă©criture n’est pas une maladie ben, c’est un remède pour soigner les maux de mon âme.
Page 265 : Il n’Ă©tait pas impossible qu’il fĂ»t sincère dans sa prière et qu’il estime que la traite, dans tout son horreur, faisait partie du grand destin voulu par le Tout-Puissant. Il faut toujours se mĂ©fier de ceux qui mĂŞlent sans cesse Dieu aux affaires humaines.
page 278 : Ceux qui ne veulent rien connaĂ®tre d’une vĂ©ritĂ© ont bien le droit de regarder ailleurs, mais alors ils sont complices par le mensonge, coupables d’indiffĂ©rence et de lâchetĂ©.
page 324 : Le rire Ă©tait sa façon de rĂ©pondre Ă  l’incohĂ©rence du monde et de sa propre existence. La vie mĂ©rite parfois qu’on se moque d’elle et qu’on oppose Ă  ses grimaces les plus sordides d’irrĂ©sistibles du rire.
page 354 : […] C’est justement pour ça que le théâtre existe, pour nous permettre de vivre avec tous les malheurs du monde, toutes les tristesses et en mĂŞme temps toutes les espĂ©rances qui nous traversent. C’est en nous identifiant aux personnages qui devisent sur la scène qu’on trouve la force de vivre et de ne pas sombrer dans le dĂ©sespoir.

Reader Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *